Nouvelles recettes

Le PDG de Vegan Mayo Company lance une campagne cinglante de dénigrement de Trump


Le PDG de Hampton Creek, Josh Tetrick, a publié une annonce pleine page dans le New York Times pour faire exploser la candidature de Trump

Wikimedia Commons

« Votre campagne ne semble pas simplement fausse. Cela ne semble pas américain », a écrit Tetrick.

Les lecteurs du New York Times ont peut-être vu une annonce pleine page déroutante avec une lettre à Donald Trump, diffamant sa candidature comme anti-américaine. L'entreprise a fait les gros titres l'année dernière pour son produit à base de plantes Just Mayo, qui a provoqué la crise d'identité légale des produits de mayonnaise sans œufs partout.

Voici une reproduction de la lettre publiée dans le New York Times :

« Les Américains sont frustrés, en colère et effrayés. Vous avez canalisé cela dans votre nomination.

Les Américains sont aussi bons. Nous sommes généreux, courageux et gentils. C'est ce que vous avez manqué.

Une mère célibataire de Birmingham qui a appris à son fils à s'élever tout en respectant les femmes. Les travailleurs de l'automobile de Tolède se battent pour protéger les emplois de leurs frères immigrés. Et les familles de foi à Little Rock qui croient en la baisse des impôts sans baisser leurs valeurs.

C'est qui nous sommes. Et c'est pourquoi votre campagne va s'effondrer.

Votre campagne ne semble pas simplement fausse. Il se sent anti-américain. Le soutenir me ferait moins de moi-même, moins du petit-fils de mon grand-père, moins du fils de ma mère.

Se détourner de vous est une façon de dire qui nous sommes.

Selon CNNMoney, Tetrick a placé l'annonce par sentiment de responsabilité sociale.

"Sa campagne ne reflète pas les valeurs américaines de base", Tetrick a déclaré à CNNMoney. "Nous pouvons être en désaccord sur beaucoup de choses, mais il y a certaines choses avec lesquelles tout le monde est d'accord : vous devez respecter les femmes. Les immigrés rendent ce pays meilleur. Nous devrions être civils les uns envers les autres. Le KKK est un groupe qui personnifie le mal. Là-bas. sont ces choses de base dont nous n'avons pas besoin de discuter."


Lamar W. Hankins : La « vérité sans fard » du président Trump

SAN MARCOS, Texas — Les mots ci-dessus ont été prononcés sur le sol de la Chambre le 23 janvier 2017, par le membre du Congrès Lamar Smith, dont le district du Congrès s'étend de Leakey, Fredericksburg, Kerrville, Boerne et Northwest San Antonio, à New Braunfels, San Marcos, puis dans le sud d'Austin. Apparemment, il pense que ses électeurs devraient ignorer toutes les sources d'information traditionnelles et plutôt obtenir leurs nouvelles uniquement du président Trump.

Un journaliste de San Antonio, Rick Casey, a eu la témérité de souligner que c'était à peu près la façon dont cela fonctionnait en Corée du Nord. Ses commentaires ont été censurés, pendant un certain temps, par la station PBS de San Antonio. L'histoire complète devrait servir de canari dans la mine de charbon pour une presse libre.

L'affilié de PBS, KLRN, a temporairement retiré le commentaire de Rick Casey sur les commentaires de Smith.

Casey a un programme hebdomadaire régulier sur l'affilié de PBS KLRN à San Antonio. Le programme — Texas Week — se termine généralement par un commentaire de Casey, et est également publié dans le San Antonio Express-Actualités. Le journal a publié les réflexions de Casey sur les commentaires de la maison du représentant Smith le 3 février. Mais le président et chef de la direction de la station depuis janvier 2015, Arthur Rojas Emerson, a retiré le commentaire moins d'une heure avant sa diffusion.

Il convient de noter qu'Emerson est dans la radiodiffusion depuis de nombreuses années, interrompu par un passage en tant que PDG d'une agence de relations publiques, qui avait à un moment donné le représentant Smith.

Apparemment, Emerson craignait « que la Corporation for Public Broadcasting soit attaquée et que cela s'y ajoute. » Le CPB financé par le gouvernement fédéral fournit un financement pour les stations publiques, y compris KLRN. Le président Trump est considéré comme hostile à la radiodiffusion publique et désireux de réduire son financement fédéral. Pour une raison insondable, Emerson craignait également que le commentaire ne soit diffamatoire.

Après une discussion avec Casey, la publicité dans le Tribune du Texas, et discussion par les partisans de la Texas Week sur Facebook à ce sujet, Emerson a cédé et a autorisé la diffusion du commentaire sur KLRN. Vous pouvez regarder ou lire la déclaration et les commentaires de Casey ici.

PolitiFact a constaté que 78% des déclarations de Trump étaient fausses, la plupart du temps fausses ou « pantalons en feu. »

Contrairement à l'opinion du représentant Smith sur la vérité de Trump, PolitiFact a fait un rapport de milieu d'année sur les candidats à la présidence de l'année dernière et a constaté que le président Trump n'était pas une source d'informations très fiable pendant la campagne. Les déclarations fausses, principalement fausses et « pantoufles en feu » de Trump représentaient 78% de toutes ses déclarations qui ont été vérifiées. En fait, Trump avait plus de déclarations de pantalon en feu que tous les 21 autres candidats combinés - 30 des 158 déclarations de Trump vérifiées.

Rapportant à peu près à la même époque, le Washington Post Fact Checker a découvert que 46 affirmations vérifiées ont donné 70 % d'entre elles qui ont reçu quatre Pinocchios, ce qui signifie qu'elles étaient énormes. Selon Politique, la première semaine de Trump en tant que président a donné des résultats conformes à la véracité des déclarations qu'il a faites pendant la campagne : 87 « déclarations, exagérations, mensonges » à raison de « une contre-vérité toutes les 3,25 minutes » du temps total qu'il a pris lors des événements et de la presse. conférences. Des vérifications plus récentes des faits sur Trump ont montré des résultats similaires.

Les Washington PostLa vérification des faits de la conférence de presse de Trump le 16 février a révélé 15 mensonges, rapportant soutenu par États-Unis aujourd'huila vérification des faits. La vérification des faits par le Post du discours de Trump le 18 février lors d'un rassemblement en Floride a révélé 13 « affirmations douteuses », le même nombre de telles affirmations qu'il a trouvé dans son discours du 24 février à CPAC, qui a été soutenu par le PolitiFact, lauréat du prix Pulitzer.

Les "affirmations douteuses" n'étaient pas mineures ou insignifiantes comme Smith voudrait nous le faire croire.

Les "réclamations douteuses" n'étaient pas mineures ou insignifiantes comme le représentant Smith voudrait nous le faire croire. Ils comprenaient des déclarations de Trump sur son ordonnance d'immigration et les tribunaux qui l'ont annulée, l'augmentation du nombre d'emplois créés depuis son élection dont il ne peut légitimement s'attribuer le mérite, et une fausse affirmation selon laquelle la cote d'approbation des médias est inférieure à celle du Congrès, entre autres.

Sans une presse libre, nous n'aurions pas cette information, ce qui confirme qu'en Trump nous avons l'un des politiciens les plus fourbes, trompeurs et malhonnêtes de ma vie, qui dépasse sept décennies. Et c'est la seule source d'informations sur laquelle le représentant Smith, membre du House Freedom of the Press Caucus, veut que nous nous en remettions à l'exclusion de tous les autres. Cela m'amène à demander : « Quel est exactement le but du caucus de la Chambre sur la liberté de la presse ? »

Les objectifs du Caucus sur la liberté de la presse ont été énoncés par ses coprésidents bipartites d'origine, les représentants Adam Schiff (D-CA) et Mike Pence (R-IN), en 2006. Le représentant Schiff a déclaré :

Une presse libre et ouverte est vitale pour une démocratie saine… En sensibilisant à la censure des médias dans le monde, ce caucus vise non seulement à protéger les journalistes de la persécution, mais aussi à défendre l'accès des citoyens à une information sans entrave.

Là où il n'y a pas de liberté de la presse, il n'y a pas de liberté. Si l'Amérique doit être une lueur d'espoir pour le monde, nous devons porter haut l'idéal d'une presse libre et indépendante, la faire avancer à l'étranger et la défendre chez nous. Je suis honoré de m'associer aux hommes et aux femmes du Congrès des deux partis qui défendent la liberté de la presse pour toute l'humanité.

Il semble incontestable que le représentant Smith n'est pas à la hauteur des objectifs du Caucus sur la liberté de la presse s'il pense que le président Trump est un meilleur pourvoyeur de la vérité que les reportages des médias nationaux «libéraux», qui, selon lui, devraient être ignoré.

Malgré tous les défauts de notre presse libre et malgré le dénigrement du représentant Smith, cette presse libre essaie maintenant de tenir le président Trump et le représentant Smith responsables de leur malhonnêteté. Reste à savoir si les électeurs les tiendront pour responsables lors des prochaines élections.

[Blog de chiffon journaliste Lamar W. Hankins, un ancien procureur de la ville de San Marcos, au Texas, blogue également sur le Texas Freethought Journal. Cet article © Texas Freethought Journal, Lamar W. Hankins.]

Lire d'autres articles de Lamar W. Hankins sur Le blog de chiffon.


Lamar W. Hankins : La « vérité sans fard » du président Trump

SAN MARCOS, Texas — Les mots ci-dessus ont été prononcés sur le sol de la Chambre le 23 janvier 2017, par le membre du Congrès Lamar Smith, dont le district du Congrès s'étend de Leakey, Fredericksburg, Kerrville, Boerne et Northwest San Antonio, à New Braunfels, San Marcos, puis dans le sud d'Austin. Apparemment, il pense que ses électeurs devraient ignorer toutes les sources d'information traditionnelles et plutôt obtenir leurs nouvelles uniquement du président Trump.

Un journaliste de San Antonio, Rick Casey, a eu la témérité de souligner que c'était à peu près la façon dont cela fonctionnait en Corée du Nord. Ses commentaires ont été censurés, pendant un temps, par la station PBS de San Antonio. L'histoire complète devrait servir de canari dans la mine de charbon pour une presse libre.

L'affilié de PBS, KLRN, a temporairement retiré le commentaire de Rick Casey sur les commentaires de Smith.

Casey a un programme hebdomadaire régulier sur l'affilié de PBS KLRN à San Antonio. Le programme — Texas Week — se termine généralement par un commentaire de Casey, et est également publié dans le San Antonio Express-Actualités. Le journal a publié les réflexions de Casey sur les commentaires de la maison du représentant Smith le 3 février. Mais le président et chef de la direction de la station depuis janvier 2015, Arthur Rojas Emerson, a retiré le commentaire moins d'une heure avant sa diffusion.

Il convient de noter qu'Emerson est dans la radiodiffusion depuis de nombreuses années, interrompu par un passage en tant que PDG d'une agence de relations publiques, qui avait à un moment donné le représentant Smith.

Apparemment, Emerson craignait « que la Corporation for Public Broadcasting soit attaquée et que cela s'y ajoute. » Le CPB financé par le gouvernement fédéral fournit un financement pour les stations publiques, y compris KLRN. Le président Trump est considéré comme hostile à la radiodiffusion publique et désireux de réduire son financement fédéral. Pour une raison insondable, Emerson craignait également que le commentaire ne soit diffamatoire.

Après une discussion avec Casey, la publicité dans le Tribune du Texas, et discussion par les partisans de la Texas Week sur Facebook à ce sujet, Emerson a cédé et a autorisé la diffusion du commentaire sur KLRN. Vous pouvez regarder ou lire la déclaration et les commentaires de Casey ici.

PolitiFact a constaté que 78% des déclarations de Trump étaient fausses, la plupart du temps fausses ou « pantalons en feu. »

Contrairement à l'opinion du représentant Smith sur la vérité de Trump, PolitiFact a fait un rapport de milieu d'année sur les candidats à la présidence de l'année dernière et a constaté que le président Trump n'était pas une source d'informations très fiable pendant la campagne. Les déclarations fausses, principalement fausses et « pantoufles en feu » de Trump représentaient 78% de toutes ses déclarations qui ont été vérifiées. En fait, Trump avait plus de déclarations de pantalon en feu que tous les 21 autres candidats combinés - 30 des 158 déclarations de Trump vérifiées.

Rapportant à peu près à la même époque, le Washington Post Fact Checker a découvert que 46 affirmations vérifiées ont donné 70 % d'entre elles qui ont reçu quatre Pinocchio, ce qui signifie qu'elles étaient énormes. Selon Politique, la première semaine de Trump en tant que président a donné des résultats conformes à la véracité des déclarations qu'il a faites pendant la campagne : 87 « déclarations, exagérations, mensonges » à raison de « une contre-vérité toutes les 3,25 minutes » du temps total qu'il a pris lors des événements et de la presse. conférences. Des vérifications plus récentes des faits sur Trump ont montré des résultats similaires.

Les Washington PostLa vérification des faits de la conférence de presse de Trump le 16 février a révélé 15 mensonges, rapportant soutenu par États-Unis aujourd'huila vérification des faits. La vérification des faits par le Post du discours de Trump le 18 février lors d'un rassemblement en Floride a révélé 13 « affirmations douteuses », le même nombre de telles affirmations qu'il a trouvé dans son discours du 24 février à CPAC, qui a été soutenu par le PolitiFact, lauréat du prix Pulitzer.

Les "affirmations douteuses" n'étaient pas mineures ou insignifiantes comme Smith voudrait nous le faire croire.

Les "réclamations douteuses" n'étaient pas mineures ou insignifiantes comme le représentant Smith voudrait nous le faire croire. Ils comprenaient des déclarations de Trump sur son ordonnance d'immigration et les tribunaux qui l'ont annulée, l'augmentation du nombre d'emplois créés depuis son élection dont il ne peut légitimement s'attribuer le mérite, et une fausse affirmation selon laquelle la cote d'approbation des médias est inférieure à celle du Congrès, entre autres.

Sans une presse libre, nous n'aurions pas cette information, ce qui confirme qu'en Trump nous avons l'un des politiciens les plus fourbes, trompeurs et malhonnêtes de ma vie, qui dépasse sept décennies. Et c'est la seule source d'informations sur laquelle le représentant Smith, membre du House Freedom of the Press Caucus, veut que nous nous en remettions à l'exclusion de tous les autres. Cela m'amène à demander : « Quel est exactement le but du caucus de la Chambre sur la liberté de la presse ? »

Les objectifs du Caucus sur la liberté de la presse ont été énoncés par ses coprésidents bipartites d'origine, les représentants Adam Schiff (D-CA) et Mike Pence (R-IN), en 2006. Le représentant Schiff a déclaré :

Une presse libre et ouverte est vitale pour une démocratie saine… En sensibilisant à la censure des médias dans le monde, ce caucus vise non seulement à protéger les journalistes de la persécution, mais aussi à défendre l'accès des citoyens à une information sans entrave.

Là où il n'y a pas de liberté de la presse, il n'y a pas de liberté. Si l'Amérique doit être une lueur d'espoir pour le monde, nous devons porter haut l'idéal d'une presse libre et indépendante, la faire avancer à l'étranger et la défendre chez nous. Je suis honoré de m'associer aux hommes et aux femmes du Congrès des deux partis qui défendent la liberté de la presse pour toute l'humanité.

Il semble incontestable que le représentant Smith n'est pas à la hauteur des objectifs du Freedom of the Press Caucus s'il pense que le président Trump est un meilleur pourvoyeur de la vérité que les reportages des médias nationaux «libéraux», qui, selon lui, devraient être ignoré.

Malgré tous les défauts de notre presse libre et malgré le dénigrement du représentant Smith, cette presse libre essaie maintenant de tenir le président Trump et le représentant Smith responsables de leur malhonnêteté. Reste à savoir si les électeurs les tiendront pour responsables lors des prochaines élections.

[Blog de chiffon journaliste Lamar W. Hankins, un ancien procureur de la ville de San Marcos, au Texas, blogue également sur le Texas Freethought Journal. Cet article © Texas Freethought Journal, Lamar W. Hankins.]

Lire d'autres articles de Lamar W. Hankins sur Le blog de chiffon.


Lamar W. Hankins : La « vérité sans fard » du président Trump

SAN MARCOS, Texas — Les mots ci-dessus ont été prononcés sur le sol de la Chambre le 23 janvier 2017, par le membre du Congrès Lamar Smith, dont le district du Congrès s'étend de Leakey, Fredericksburg, Kerrville, Boerne et Northwest San Antonio, à New Braunfels, San Marcos, puis dans le sud d'Austin. Apparemment, il pense que ses électeurs devraient ignorer toutes les sources d'information traditionnelles et plutôt obtenir leurs nouvelles uniquement du président Trump.

Un journaliste de San Antonio, Rick Casey, a eu la témérité de souligner que c'était à peu près la façon dont cela fonctionnait en Corée du Nord. Ses commentaires ont été censurés, pendant un temps, par la station PBS de San Antonio. L'histoire complète devrait servir de canari dans la mine de charbon pour une presse libre.

L'affilié de PBS, KLRN, a temporairement retiré le commentaire de Rick Casey sur les commentaires de Smith.

Casey a un programme hebdomadaire régulier sur l'affilié de PBS KLRN à San Antonio. Le programme — Texas Week — se termine généralement par un commentaire de Casey, et est également publié dans le San Antonio Express-Actualités. Le journal a publié les réflexions de Casey sur les commentaires de la maison du représentant Smith le 3 février. Mais le président et chef de la direction de la station depuis janvier 2015, Arthur Rojas Emerson, a retiré le commentaire moins d'une heure avant sa diffusion.

Il convient de noter qu'Emerson est dans la radiodiffusion depuis de nombreuses années, interrompu par un passage en tant que PDG d'une agence de relations publiques, qui avait à un moment donné le représentant Smith.

Apparemment, Emerson craignait « que la Corporation for Public Broadcasting soit attaquée et que cela s'y ajoute. » Le CPB financé par le gouvernement fédéral fournit un financement pour les stations publiques, y compris KLRN. Le président Trump est considéré comme hostile à la radiodiffusion publique et désireux de réduire son financement fédéral. Pour une raison insondable, Emerson craignait également que le commentaire ne soit diffamatoire.

Après une discussion avec Casey, la publicité dans le Tribune du Texas, et discussion par les partisans de la Texas Week sur Facebook à ce sujet, Emerson a cédé et a autorisé la diffusion du commentaire sur KLRN. Vous pouvez regarder ou lire la déclaration et les commentaires de Casey ici.

PolitiFact a constaté que 78% des déclarations de Trump étaient fausses, la plupart du temps fausses ou « pantalons en feu. »

Contrairement à l'opinion du représentant Smith sur la vérité de Trump, PolitiFact a fait un rapport de milieu d'année sur les candidats à la présidence de l'année dernière et a constaté que le président Trump n'était pas une source d'informations très fiable pendant la campagne. Les déclarations fausses, principalement fausses et « pantoufles en feu » de Trump représentaient 78% de toutes ses déclarations qui ont été vérifiées. En fait, Trump avait plus de déclarations de pantalon en feu que tous les 21 autres candidats combinés - 30 des 158 déclarations de Trump vérifiées.

Rapportant à peu près à la même époque, le Washington Post Fact Checker a découvert que 46 affirmations vérifiées ont donné 70 % d'entre elles qui ont reçu quatre Pinocchio, ce qui signifie qu'elles étaient énormes. Selon Politique, la première semaine de Trump en tant que président a donné des résultats conformes à la véracité des déclarations qu'il a faites pendant la campagne : 87 « déclarations, exagérations, mensonges » à raison de « une contre-vérité toutes les 3,25 minutes » du temps total qu'il a passé à des événements et à la presse. conférences. Des vérifications plus récentes des faits sur Trump ont montré des résultats similaires.

Les Washington PostLa vérification des faits de la conférence de presse de Trump le 16 février a révélé 15 mensonges, rapportant soutenu par États-Unis aujourd'huila vérification des faits. La vérification des faits par le Post du discours de Trump le 18 février lors d'un rassemblement en Floride a révélé 13 « affirmations douteuses », le même nombre de telles affirmations qu'il a trouvé dans son discours du 24 février à CPAC, qui a été soutenu par le PolitiFact, lauréat du prix Pulitzer.

Les "affirmations douteuses" n'étaient pas mineures ou insignifiantes comme Smith voudrait nous le faire croire.

Les "réclamations douteuses" n'étaient pas mineures ou insignifiantes comme le représentant Smith voudrait nous le faire croire. Ils comprenaient des déclarations de Trump sur son ordonnance d'immigration et les tribunaux qui l'ont annulée, l'augmentation du nombre d'emplois créés depuis son élection dont il ne peut légitimement s'attribuer le mérite, et une fausse affirmation selon laquelle la cote d'approbation des médias est inférieure à celle du Congrès, entre autres.

Sans une presse libre, nous n'aurions pas cette information, ce qui confirme qu'en Trump nous avons l'un des politiciens les plus fourbes, trompeurs et malhonnêtes de ma vie, qui dépasse sept décennies. Et c'est la seule source d'informations sur laquelle le représentant Smith, membre du House Freedom of the Press Caucus, veut que nous nous en remettions à l'exclusion de tous les autres. Cela m'amène à demander : « Quel est exactement le but du caucus de la Chambre sur la liberté de la presse ? »

Les objectifs du Caucus sur la liberté de la presse ont été énoncés par ses coprésidents bipartites d'origine, les représentants Adam Schiff (D-CA) et Mike Pence (R-IN), en 2006. Le représentant Schiff a déclaré :

Une presse libre et ouverte est vitale pour une démocratie saine… En sensibilisant à la censure des médias dans le monde, ce caucus vise non seulement à protéger les journalistes de la persécution, mais aussi à défendre l'accès des citoyens à une information sans entrave.

Là où il n'y a pas de liberté de la presse, il n'y a pas de liberté. Si l'Amérique doit être une lueur d'espoir pour le monde, nous devons porter haut l'idéal d'une presse libre et indépendante, la faire avancer à l'étranger et la défendre chez nous. Je suis honoré de m'associer aux hommes et aux femmes du Congrès des deux partis qui défendent la liberté de la presse pour toute l'humanité.

Il semble incontestable que le représentant Smith n'est pas à la hauteur des objectifs du Freedom of the Press Caucus s'il pense que le président Trump est un meilleur pourvoyeur de la vérité que les reportages des médias nationaux «libéraux», qui, selon lui, devraient être ignoré.

Malgré tous les défauts de notre presse libre et malgré le dénigrement du représentant Smith, cette presse libre essaie maintenant de tenir le président Trump et le représentant Smith responsables de leur malhonnêteté. Reste à savoir si les électeurs les tiendront pour responsables lors des prochaines élections.

[Blog de chiffon journaliste Lamar W. Hankins, un ancien procureur de la ville de San Marcos, au Texas, blogue également sur le Texas Freethought Journal. Cet article © Texas Freethought Journal, Lamar W. Hankins.]

Lire d'autres articles de Lamar W. Hankins sur Le blog de chiffon.


Lamar W. Hankins : La « vérité sans fard » du président Trump

SAN MARCOS, Texas — Les mots ci-dessus ont été prononcés sur le sol de la Chambre le 23 janvier 2017, par le membre du Congrès Lamar Smith, dont le district du Congrès s'étend de Leakey, Fredericksburg, Kerrville, Boerne et Northwest San Antonio, à New Braunfels, San Marcos, puis dans le sud d'Austin. Apparemment, il pense que ses électeurs devraient ignorer toutes les sources traditionnelles d'information et plutôt obtenir leurs nouvelles uniquement du président Trump.

Un journaliste de San Antonio, Rick Casey, a eu la témérité de souligner que c'était à peu près la façon dont cela fonctionnait en Corée du Nord. Ses commentaires ont été censurés, pendant un certain temps, par la station PBS de San Antonio. L'histoire complète devrait servir de canari dans la mine de charbon pour une presse libre.

L'affilié de PBS, KLRN, a temporairement retiré le commentaire de Rick Casey sur les commentaires de Smith.

Casey a un programme hebdomadaire régulier sur l'affilié de PBS KLRN à San Antonio. Le programme — Texas Week — se termine généralement par un commentaire de Casey, et est également publié dans le San Antonio Express-Actualités. Le journal a publié les réflexions de Casey sur les commentaires de la maison du représentant Smith le 3 février. Mais le président et chef de la direction de la station depuis janvier 2015, Arthur Rojas Emerson, a retiré le commentaire moins d'une heure avant sa diffusion.

Il convient de noter qu'Emerson est dans la radiodiffusion depuis de nombreuses années, interrompu par un passage en tant que PDG d'une agence de relations publiques, qui avait à un moment donné le représentant Smith.

Apparemment, Emerson craignait « que la Corporation for Public Broadcasting soit attaquée et que cela s'y ajoute. » Le CPB financé par le gouvernement fédéral fournit un financement pour les stations publiques, y compris KLRN. Le président Trump est considéré comme hostile à la radiodiffusion publique et désireux de réduire son financement fédéral. Pour une raison insondable, Emerson craignait également que le commentaire ne soit diffamatoire.

Après une discussion avec Casey, la publicité dans le Tribune du Texas, et discussion par les partisans de la Texas Week sur Facebook à ce sujet, Emerson a cédé et a autorisé la diffusion du commentaire sur KLRN. Vous pouvez regarder ou lire la déclaration et les commentaires de Casey ici.

PolitiFact a constaté que 78% des déclarations de Trump étaient fausses, pour la plupart fausses ou « pantalons en feu. »

Contrairement à l'opinion du représentant Smith sur la vérité de Trump, PolitiFact a fait un rapport de milieu d'année sur les candidats à la présidence de l'année dernière et a constaté que le président Trump n'était pas une source d'informations très fiable pendant la campagne. Les déclarations fausses, principalement fausses et « pantoufles en feu » de Trump représentaient 78% de toutes ses déclarations qui ont été vérifiées. En fait, Trump avait plus de déclarations de pantalon en feu que tous les 21 autres candidats combinés - 30 des 158 déclarations de Trump vérifiées.

Rapportant à peu près à la même époque, le Washington Post Fact Checker a découvert que 46 affirmations vérifiées ont donné 70 % d'entre elles qui ont reçu quatre Pinocchio, ce qui signifie qu'elles étaient énormes. Selon Politique, la première semaine de Trump en tant que président a donné des résultats conformes à la véracité des déclarations qu'il a faites pendant la campagne : 87 « déclarations, exagérations, mensonges » à raison de « une contre-vérité toutes les 3,25 minutes » du temps total qu'il a passé à des événements et à la presse. conférences. Des vérifications plus récentes des faits sur Trump ont montré des résultats similaires.

Les Washington PostLa vérification des faits de la conférence de presse de Trump le 16 février a révélé 15 mensonges, rapportant soutenu par États-Unis aujourd'huila vérification des faits. La vérification des faits par le Post du discours de Trump le 18 février lors d'un rassemblement en Floride a révélé 13 « affirmations douteuses », le même nombre de telles affirmations qu'il a trouvé dans son discours du 24 février à CPAC, qui a été soutenu par le PolitiFact, lauréat du prix Pulitzer.

Les "affirmations douteuses" n'étaient pas mineures ou insignifiantes comme Smith voudrait nous le faire croire.

Les "réclamations douteuses" n'étaient pas mineures ou insignifiantes comme le représentant Smith voudrait nous le faire croire. Ils comprenaient des déclarations de Trump sur son ordonnance d'immigration et les tribunaux qui l'ont annulée, l'augmentation du nombre d'emplois créés depuis son élection dont il ne peut légitimement s'attribuer le mérite, et une fausse affirmation selon laquelle la cote d'approbation des médias est inférieure à celle du Congrès, entre autres.

Sans une presse libre, nous n'aurions pas cette information, ce qui confirme qu'en Trump nous avons l'un des politiciens les plus fourbes, trompeurs et malhonnêtes de ma vie, qui dépasse sept décennies. Et c'est la seule source d'informations sur laquelle le représentant Smith, membre du House Freedom of the Press Caucus, veut que nous nous en remettions à l'exclusion de tous les autres. Cela m'amène à demander : « Quel est exactement le but du caucus de la Chambre sur la liberté de la presse ? »

Les objectifs du Caucus sur la liberté de la presse ont été énoncés par ses coprésidents bipartites d'origine, les représentants Adam Schiff (D-CA) et Mike Pence (R-IN), en 2006. Le représentant Schiff a déclaré :

Une presse libre et ouverte est vitale pour une démocratie saine… En sensibilisant à la censure des médias dans le monde, ce caucus vise non seulement à protéger les journalistes de la persécution, mais aussi à défendre l'accès des citoyens à une information sans entrave.

Là où il n'y a pas de liberté de la presse, il n'y a pas de liberté. Si l'Amérique doit être une lueur d'espoir pour le monde, nous devons porter haut l'idéal d'une presse libre et indépendante, la faire avancer à l'étranger et la défendre chez nous. Je suis honoré de m'associer aux hommes et aux femmes du Congrès des deux partis qui défendent la liberté de la presse pour toute l'humanité.

Il semble incontestable que le représentant Smith n'est pas à la hauteur des objectifs du Freedom of the Press Caucus s'il pense que le président Trump est un meilleur pourvoyeur de la vérité que les reportages des médias nationaux «libéraux», qui, selon lui, devraient être ignoré.

Malgré tous les défauts de notre presse libre et malgré le dénigrement du représentant Smith, cette presse libre essaie maintenant de tenir à la fois le président Trump et le représentant Smith responsables de leur malhonnêteté. Reste à savoir si les électeurs les tiendront pour responsables lors des prochaines élections.

[Blog de chiffon journaliste Lamar W. Hankins, un ancien procureur de la ville de San Marcos, au Texas, blogue également sur le Texas Freethought Journal. Cet article © Texas Freethought Journal, Lamar W. Hankins.]

Lire d'autres articles de Lamar W. Hankins sur Le blog de chiffon.


Lamar W. Hankins : La « vérité sans fard » du président Trump

SAN MARCOS, Texas — Les mots ci-dessus ont été prononcés sur le sol de la Chambre le 23 janvier 2017, par le membre du Congrès Lamar Smith, dont le district du Congrès s'étend de Leakey, Fredericksburg, Kerrville, Boerne et Northwest San Antonio, à New Braunfels, San Marcos, puis dans le sud d'Austin. Apparemment, il pense que ses électeurs devraient ignorer toutes les sources traditionnelles d'information et plutôt obtenir leurs nouvelles uniquement du président Trump.

Un journaliste de San Antonio, Rick Casey, a eu la témérité de souligner que c'était à peu près la façon dont cela fonctionnait en Corée du Nord. Ses commentaires ont été censurés, pendant un temps, par la station PBS de San Antonio. L'histoire complète devrait servir de canari dans la mine de charbon pour une presse libre.

L'affilié de PBS, KLRN, a temporairement retiré le commentaire de Rick Casey sur les commentaires de Smith.

Casey a un programme hebdomadaire régulier sur l'affilié de PBS KLRN à San Antonio. Le programme — Texas Week — se termine généralement par un commentaire de Casey, et est également publié dans le San Antonio Express-Actualités. Le journal a publié les réflexions de Casey sur les commentaires de la maison du représentant Smith le 3 février. Mais le président et chef de la direction de la station depuis janvier 2015, Arthur Rojas Emerson, a retiré le commentaire moins d'une heure avant sa diffusion.

Il convient de noter qu'Emerson est dans la radiodiffusion depuis de nombreuses années, interrompu par un passage en tant que PDG d'une agence de relations publiques, qui avait à un moment donné le représentant Smith.

Apparemment, Emerson craignait « que la Corporation for Public Broadcasting soit attaquée et que cela s'y ajoute. » Le CPB financé par le gouvernement fédéral fournit un financement pour les stations publiques, y compris KLRN. Le président Trump est considéré comme hostile à la radiodiffusion publique et désireux de réduire son financement fédéral. Pour une raison insondable, Emerson craignait également que le commentaire ne soit diffamatoire.

Après une discussion avec Casey, la publicité dans le Tribune du Texas, et discussion par les partisans de la Texas Week sur Facebook à ce sujet, Emerson a cédé et a autorisé la diffusion du commentaire sur KLRN. Vous pouvez regarder ou lire la déclaration et les commentaires de Casey ici.

PolitiFact a constaté que 78% des déclarations de Trump étaient fausses, la plupart du temps fausses ou « pantalons en feu. »

Contrairement à l'opinion du représentant Smith sur la vérité de Trump, PolitiFact a fait un rapport de milieu d'année sur les candidats à la présidence de l'année dernière et a constaté que le président Trump n'était pas une source d'informations très fiable pendant la campagne. Les déclarations fausses, fausses pour la plupart et « pantoufles en feu » de Trump représentaient 78% de toutes ses déclarations qui ont été vérifiées. En fait, Trump avait plus de déclarations de pantalon en feu que tous les 21 autres candidats combinés - 30 des 158 déclarations de Trump vérifiées.

Rapportant à peu près à la même époque, le Washington Post Fact Checker a découvert que 46 affirmations vérifiées ont donné 70 % d'entre elles qui ont reçu quatre Pinocchio, ce qui signifie qu'elles étaient énormes. Selon Politique, la première semaine de Trump en tant que président a donné des résultats conformes à la véracité des déclarations qu'il a faites pendant la campagne : 87 « déclarations, exagérations, mensonges » à raison de « une contre-vérité toutes les 3,25 minutes » du temps total qu'il a passé à des événements et à la presse. conférences. Des vérifications plus récentes des faits sur Trump ont montré des résultats similaires.

Les Washington PostLa vérification des faits de la conférence de presse de Trump le 16 février a révélé 15 mensonges, rapportant soutenu par États-Unis aujourd'huila vérification des faits. La vérification des faits par le Post du discours de Trump le 18 février lors d'un rassemblement en Floride a trouvé 13 « affirmations douteuses », le même nombre de telles affirmations qu'il a trouvé dans son discours du 24 février à CPAC, qui a été soutenu par le PolitiFact, lauréat du prix Pulitzer.

Les "affirmations douteuses" n'étaient pas mineures ou insignifiantes comme Smith voudrait nous le faire croire.

The “dubious claims” were not minor or insignificant as Rep. Smith would like for us to believe. They included Trump statements about his immigration order and the courts that overturned it, increases in the number of jobs created since he was elected that he cannot legitimately take credit for, and a false claim that the media’s approval rating is lower than that of Congress, among others.

Without a free press, we would not have this information, which confirms that in Trump we have one of the most disingenuous, deceitful, and dishonest politicians in my lifetime, which exceeds seven decades. And this is the one source of news that Rep. Smith, a member of the House Freedom of the Press Caucus, wants us to rely on to the exclusion of all others. It causes me to ask, “What exactly is the purpose of the House Freedom of the Press caucus?”

The purposes of the Freedom of the Press Caucus were enunciated by its original bipartisan co-chairs, Representatives Adam Schiff (D-CA) and Mike Pence (R-IN), in 2006. Rep. Schiff said,

A free and open press is vital to a healthy democracy… By raising awareness of media censorship around the world, this caucus aims not only to protect journalists from persecution, but also to defend citizens’ access to unfettered information.

Where there is no freedom of the press, there is no freedom. If America is to be a beacon of hope to the world, we must hold high the ideal of a free and independent press, advance it abroad and defend it at home. I am honored to associate myself with the men and women in Congress in both parties who advocate the freedom of the press for all of mankind.

It seems beyond dispute that Rep. Smith does not live up to the purposes of the Freedom of the Press Caucus if he believes President Trump is a better purveyor of the truth than the reporting of the “liberal” national media, which he thinks should be ignored.

In spite of all the faults of our free press and in spite of Rep. Smith’s denigration of it, that free press is now trying to hold both President Trump and Rep. Smith accountable for their dishonesty. It remains to be seen if the voters will hold them accountable at the next election.

[Rag Blog journaliste Lamar W. Hankins, a former San Marcos, Texas, City Attorney, also blogs at Texas Freethought Journal. This article © Texas Freethought Journal, Lamar W. Hankins.]

Read more articles by Lamar W. Hankins on The Rag Blog.


Lamar W. Hankins : The ‘unvarnished truth’ of President Trump

SAN MARCOS, Texas — The words above were spoken on the House floor on January 23, 2017, by Congressman Lamar Smith, whose congressional district extends from Leakey, Fredericksburg, Kerrville, Boerne, and Northwest San Antonio, to New Braunfels, San Marcos, and on into South Austin. Apparently, he believes that his constituents should ignore all traditional sources of news and instead get their news only from President Trump.

One San Antonio journalist, Rick Casey, had the temerity to point out that this was pretty much the way it works in North Korea. His comments were censored, for a time, by the PBS station in San Antonio. The full story should serve as the canary in the coal mine for a free press.

PBS affiliate KLRN temporarily pulled Rick Casey’s commentary about Smith’s comments.

Casey has a regular weekly program on PBS affiliate KLRN in San Antonio. The program — Texas Week — usually concludes with a commentary from Casey, and is also published in the San Antonio Express-Actualités. The newspaper carried Casey’s thoughts about Rep. Smith’s House comments on February 3. But the station’s President and CEO since January 2015, Arthur Rojas Emerson, pulled the commentary less than an hour before it was to air.

It should be noted that Emerson has been in broadcasting for many years, broken by a stint as CEO of a public relations agency, which had Rep. Smith as a client at one time.

Apparently, Emerson was concerned “that the Corporation for Public Broadcasting was under attack and that this would add to it.” The federally funded CPB provides financing for public stations, including KLRN. President Trump is viewed as hostile to public broadcasting and eager to cut its federal financing. For some unfathomable reason, Emerson was concerned also that the commentary might be defamatory.

After a discussion with Casey, publicity in the Texas Tribune, and discussion by Texas Week supporters on Facebook about the matter, Emerson relented and allowed the commentary to air on KLRN. You can watch or read Casey’s statement and commentary here.

PolitiFact found 78% of Trump’s statements to be false, mostly-false, or ‘pants-on-fire.’

Contrary to Rep. Smith’s opinion about Trump’s truth-telling, PolitiFact did a mid-year report on last year’s candidates for president and found that now-President Trump was not a very reliable source of information during the campaign. False, mostly-false, and “pants-on-fire” statements by Trump were 78% of all his statements that were checked. In fact, Trump had more pants-on-fire statements than all of the other 21 candidates combined — 30 of the 158 Trump statements checked.

Reporting about the same time, the Washington Post Fact Checker found that 46 statements checked yielded 70% that were awarded four Pinocchios, meaning they were whoppers. Selon Politique, Trump’s first week as president yielded results in line with the veracity of statements he made during the campaign: 87 “misstatements, exaggerations, falsehoods” at the rate of “one untruth every 3.25 minutes” of the total time he talked at events and press conferences. More recent fact checks on Trump have shown similar results.

Les Washington Post’s fact-checking of Trump’s February 16 news conference revealed 15 falsehoods, reporting that was supported by États-Unis aujourd'hui’s fact-checking. The Post’s fact-checking of Trump’s February 18 speech at a rally in Florida found 13 “dubious claims,” the same number of such claims that it found in his February 24 speech to CPAC, which was backed up by the Pulitzer prize winning PolitiFact.

The ‘dubious claims’ were not minor or insignificant as Smith would like us to believe.

The “dubious claims” were not minor or insignificant as Rep. Smith would like for us to believe. They included Trump statements about his immigration order and the courts that overturned it, increases in the number of jobs created since he was elected that he cannot legitimately take credit for, and a false claim that the media’s approval rating is lower than that of Congress, among others.

Without a free press, we would not have this information, which confirms that in Trump we have one of the most disingenuous, deceitful, and dishonest politicians in my lifetime, which exceeds seven decades. And this is the one source of news that Rep. Smith, a member of the House Freedom of the Press Caucus, wants us to rely on to the exclusion of all others. It causes me to ask, “What exactly is the purpose of the House Freedom of the Press caucus?”

The purposes of the Freedom of the Press Caucus were enunciated by its original bipartisan co-chairs, Representatives Adam Schiff (D-CA) and Mike Pence (R-IN), in 2006. Rep. Schiff said,

A free and open press is vital to a healthy democracy… By raising awareness of media censorship around the world, this caucus aims not only to protect journalists from persecution, but also to defend citizens’ access to unfettered information.

Where there is no freedom of the press, there is no freedom. If America is to be a beacon of hope to the world, we must hold high the ideal of a free and independent press, advance it abroad and defend it at home. I am honored to associate myself with the men and women in Congress in both parties who advocate the freedom of the press for all of mankind.

It seems beyond dispute that Rep. Smith does not live up to the purposes of the Freedom of the Press Caucus if he believes President Trump is a better purveyor of the truth than the reporting of the “liberal” national media, which he thinks should be ignored.

In spite of all the faults of our free press and in spite of Rep. Smith’s denigration of it, that free press is now trying to hold both President Trump and Rep. Smith accountable for their dishonesty. It remains to be seen if the voters will hold them accountable at the next election.

[Rag Blog journaliste Lamar W. Hankins, a former San Marcos, Texas, City Attorney, also blogs at Texas Freethought Journal. This article © Texas Freethought Journal, Lamar W. Hankins.]

Read more articles by Lamar W. Hankins on The Rag Blog.


Lamar W. Hankins : The ‘unvarnished truth’ of President Trump

SAN MARCOS, Texas — The words above were spoken on the House floor on January 23, 2017, by Congressman Lamar Smith, whose congressional district extends from Leakey, Fredericksburg, Kerrville, Boerne, and Northwest San Antonio, to New Braunfels, San Marcos, and on into South Austin. Apparently, he believes that his constituents should ignore all traditional sources of news and instead get their news only from President Trump.

One San Antonio journalist, Rick Casey, had the temerity to point out that this was pretty much the way it works in North Korea. His comments were censored, for a time, by the PBS station in San Antonio. The full story should serve as the canary in the coal mine for a free press.

PBS affiliate KLRN temporarily pulled Rick Casey’s commentary about Smith’s comments.

Casey has a regular weekly program on PBS affiliate KLRN in San Antonio. The program — Texas Week — usually concludes with a commentary from Casey, and is also published in the San Antonio Express-Actualités. The newspaper carried Casey’s thoughts about Rep. Smith’s House comments on February 3. But the station’s President and CEO since January 2015, Arthur Rojas Emerson, pulled the commentary less than an hour before it was to air.

It should be noted that Emerson has been in broadcasting for many years, broken by a stint as CEO of a public relations agency, which had Rep. Smith as a client at one time.

Apparently, Emerson was concerned “that the Corporation for Public Broadcasting was under attack and that this would add to it.” The federally funded CPB provides financing for public stations, including KLRN. President Trump is viewed as hostile to public broadcasting and eager to cut its federal financing. For some unfathomable reason, Emerson was concerned also that the commentary might be defamatory.

After a discussion with Casey, publicity in the Texas Tribune, and discussion by Texas Week supporters on Facebook about the matter, Emerson relented and allowed the commentary to air on KLRN. You can watch or read Casey’s statement and commentary here.

PolitiFact found 78% of Trump’s statements to be false, mostly-false, or ‘pants-on-fire.’

Contrary to Rep. Smith’s opinion about Trump’s truth-telling, PolitiFact did a mid-year report on last year’s candidates for president and found that now-President Trump was not a very reliable source of information during the campaign. False, mostly-false, and “pants-on-fire” statements by Trump were 78% of all his statements that were checked. In fact, Trump had more pants-on-fire statements than all of the other 21 candidates combined — 30 of the 158 Trump statements checked.

Reporting about the same time, the Washington Post Fact Checker found that 46 statements checked yielded 70% that were awarded four Pinocchios, meaning they were whoppers. Selon Politique, Trump’s first week as president yielded results in line with the veracity of statements he made during the campaign: 87 “misstatements, exaggerations, falsehoods” at the rate of “one untruth every 3.25 minutes” of the total time he talked at events and press conferences. More recent fact checks on Trump have shown similar results.

Les Washington Post’s fact-checking of Trump’s February 16 news conference revealed 15 falsehoods, reporting that was supported by États-Unis aujourd'hui’s fact-checking. The Post’s fact-checking of Trump’s February 18 speech at a rally in Florida found 13 “dubious claims,” the same number of such claims that it found in his February 24 speech to CPAC, which was backed up by the Pulitzer prize winning PolitiFact.

The ‘dubious claims’ were not minor or insignificant as Smith would like us to believe.

The “dubious claims” were not minor or insignificant as Rep. Smith would like for us to believe. They included Trump statements about his immigration order and the courts that overturned it, increases in the number of jobs created since he was elected that he cannot legitimately take credit for, and a false claim that the media’s approval rating is lower than that of Congress, among others.

Without a free press, we would not have this information, which confirms that in Trump we have one of the most disingenuous, deceitful, and dishonest politicians in my lifetime, which exceeds seven decades. And this is the one source of news that Rep. Smith, a member of the House Freedom of the Press Caucus, wants us to rely on to the exclusion of all others. It causes me to ask, “What exactly is the purpose of the House Freedom of the Press caucus?”

The purposes of the Freedom of the Press Caucus were enunciated by its original bipartisan co-chairs, Representatives Adam Schiff (D-CA) and Mike Pence (R-IN), in 2006. Rep. Schiff said,

A free and open press is vital to a healthy democracy… By raising awareness of media censorship around the world, this caucus aims not only to protect journalists from persecution, but also to defend citizens’ access to unfettered information.

Where there is no freedom of the press, there is no freedom. If America is to be a beacon of hope to the world, we must hold high the ideal of a free and independent press, advance it abroad and defend it at home. I am honored to associate myself with the men and women in Congress in both parties who advocate the freedom of the press for all of mankind.

It seems beyond dispute that Rep. Smith does not live up to the purposes of the Freedom of the Press Caucus if he believes President Trump is a better purveyor of the truth than the reporting of the “liberal” national media, which he thinks should be ignored.

In spite of all the faults of our free press and in spite of Rep. Smith’s denigration of it, that free press is now trying to hold both President Trump and Rep. Smith accountable for their dishonesty. It remains to be seen if the voters will hold them accountable at the next election.

[Rag Blog journaliste Lamar W. Hankins, a former San Marcos, Texas, City Attorney, also blogs at Texas Freethought Journal. This article © Texas Freethought Journal, Lamar W. Hankins.]

Read more articles by Lamar W. Hankins on The Rag Blog.


Lamar W. Hankins : The ‘unvarnished truth’ of President Trump

SAN MARCOS, Texas — The words above were spoken on the House floor on January 23, 2017, by Congressman Lamar Smith, whose congressional district extends from Leakey, Fredericksburg, Kerrville, Boerne, and Northwest San Antonio, to New Braunfels, San Marcos, and on into South Austin. Apparently, he believes that his constituents should ignore all traditional sources of news and instead get their news only from President Trump.

One San Antonio journalist, Rick Casey, had the temerity to point out that this was pretty much the way it works in North Korea. His comments were censored, for a time, by the PBS station in San Antonio. The full story should serve as the canary in the coal mine for a free press.

PBS affiliate KLRN temporarily pulled Rick Casey’s commentary about Smith’s comments.

Casey has a regular weekly program on PBS affiliate KLRN in San Antonio. The program — Texas Week — usually concludes with a commentary from Casey, and is also published in the San Antonio Express-Actualités. The newspaper carried Casey’s thoughts about Rep. Smith’s House comments on February 3. But the station’s President and CEO since January 2015, Arthur Rojas Emerson, pulled the commentary less than an hour before it was to air.

It should be noted that Emerson has been in broadcasting for many years, broken by a stint as CEO of a public relations agency, which had Rep. Smith as a client at one time.

Apparently, Emerson was concerned “that the Corporation for Public Broadcasting was under attack and that this would add to it.” The federally funded CPB provides financing for public stations, including KLRN. President Trump is viewed as hostile to public broadcasting and eager to cut its federal financing. For some unfathomable reason, Emerson was concerned also that the commentary might be defamatory.

After a discussion with Casey, publicity in the Texas Tribune, and discussion by Texas Week supporters on Facebook about the matter, Emerson relented and allowed the commentary to air on KLRN. You can watch or read Casey’s statement and commentary here.

PolitiFact found 78% of Trump’s statements to be false, mostly-false, or ‘pants-on-fire.’

Contrary to Rep. Smith’s opinion about Trump’s truth-telling, PolitiFact did a mid-year report on last year’s candidates for president and found that now-President Trump was not a very reliable source of information during the campaign. False, mostly-false, and “pants-on-fire” statements by Trump were 78% of all his statements that were checked. In fact, Trump had more pants-on-fire statements than all of the other 21 candidates combined — 30 of the 158 Trump statements checked.

Reporting about the same time, the Washington Post Fact Checker found that 46 statements checked yielded 70% that were awarded four Pinocchios, meaning they were whoppers. Selon Politique, Trump’s first week as president yielded results in line with the veracity of statements he made during the campaign: 87 “misstatements, exaggerations, falsehoods” at the rate of “one untruth every 3.25 minutes” of the total time he talked at events and press conferences. More recent fact checks on Trump have shown similar results.

Les Washington Post’s fact-checking of Trump’s February 16 news conference revealed 15 falsehoods, reporting that was supported by États-Unis aujourd'hui’s fact-checking. The Post’s fact-checking of Trump’s February 18 speech at a rally in Florida found 13 “dubious claims,” the same number of such claims that it found in his February 24 speech to CPAC, which was backed up by the Pulitzer prize winning PolitiFact.

The ‘dubious claims’ were not minor or insignificant as Smith would like us to believe.

The “dubious claims” were not minor or insignificant as Rep. Smith would like for us to believe. They included Trump statements about his immigration order and the courts that overturned it, increases in the number of jobs created since he was elected that he cannot legitimately take credit for, and a false claim that the media’s approval rating is lower than that of Congress, among others.

Without a free press, we would not have this information, which confirms that in Trump we have one of the most disingenuous, deceitful, and dishonest politicians in my lifetime, which exceeds seven decades. And this is the one source of news that Rep. Smith, a member of the House Freedom of the Press Caucus, wants us to rely on to the exclusion of all others. It causes me to ask, “What exactly is the purpose of the House Freedom of the Press caucus?”

The purposes of the Freedom of the Press Caucus were enunciated by its original bipartisan co-chairs, Representatives Adam Schiff (D-CA) and Mike Pence (R-IN), in 2006. Rep. Schiff said,

A free and open press is vital to a healthy democracy… By raising awareness of media censorship around the world, this caucus aims not only to protect journalists from persecution, but also to defend citizens’ access to unfettered information.

Where there is no freedom of the press, there is no freedom. If America is to be a beacon of hope to the world, we must hold high the ideal of a free and independent press, advance it abroad and defend it at home. I am honored to associate myself with the men and women in Congress in both parties who advocate the freedom of the press for all of mankind.

It seems beyond dispute that Rep. Smith does not live up to the purposes of the Freedom of the Press Caucus if he believes President Trump is a better purveyor of the truth than the reporting of the “liberal” national media, which he thinks should be ignored.

In spite of all the faults of our free press and in spite of Rep. Smith’s denigration of it, that free press is now trying to hold both President Trump and Rep. Smith accountable for their dishonesty. It remains to be seen if the voters will hold them accountable at the next election.

[Rag Blog journaliste Lamar W. Hankins, a former San Marcos, Texas, City Attorney, also blogs at Texas Freethought Journal. This article © Texas Freethought Journal, Lamar W. Hankins.]

Read more articles by Lamar W. Hankins on The Rag Blog.


Lamar W. Hankins : The ‘unvarnished truth’ of President Trump

SAN MARCOS, Texas — The words above were spoken on the House floor on January 23, 2017, by Congressman Lamar Smith, whose congressional district extends from Leakey, Fredericksburg, Kerrville, Boerne, and Northwest San Antonio, to New Braunfels, San Marcos, and on into South Austin. Apparently, he believes that his constituents should ignore all traditional sources of news and instead get their news only from President Trump.

One San Antonio journalist, Rick Casey, had the temerity to point out that this was pretty much the way it works in North Korea. His comments were censored, for a time, by the PBS station in San Antonio. The full story should serve as the canary in the coal mine for a free press.

PBS affiliate KLRN temporarily pulled Rick Casey’s commentary about Smith’s comments.

Casey has a regular weekly program on PBS affiliate KLRN in San Antonio. The program — Texas Week — usually concludes with a commentary from Casey, and is also published in the San Antonio Express-Actualités. The newspaper carried Casey’s thoughts about Rep. Smith’s House comments on February 3. But the station’s President and CEO since January 2015, Arthur Rojas Emerson, pulled the commentary less than an hour before it was to air.

It should be noted that Emerson has been in broadcasting for many years, broken by a stint as CEO of a public relations agency, which had Rep. Smith as a client at one time.

Apparently, Emerson was concerned “that the Corporation for Public Broadcasting was under attack and that this would add to it.” The federally funded CPB provides financing for public stations, including KLRN. President Trump is viewed as hostile to public broadcasting and eager to cut its federal financing. For some unfathomable reason, Emerson was concerned also that the commentary might be defamatory.

After a discussion with Casey, publicity in the Texas Tribune, and discussion by Texas Week supporters on Facebook about the matter, Emerson relented and allowed the commentary to air on KLRN. You can watch or read Casey’s statement and commentary here.

PolitiFact found 78% of Trump’s statements to be false, mostly-false, or ‘pants-on-fire.’

Contrary to Rep. Smith’s opinion about Trump’s truth-telling, PolitiFact did a mid-year report on last year’s candidates for president and found that now-President Trump was not a very reliable source of information during the campaign. False, mostly-false, and “pants-on-fire” statements by Trump were 78% of all his statements that were checked. In fact, Trump had more pants-on-fire statements than all of the other 21 candidates combined — 30 of the 158 Trump statements checked.

Reporting about the same time, the Washington Post Fact Checker found that 46 statements checked yielded 70% that were awarded four Pinocchios, meaning they were whoppers. Selon Politique, Trump’s first week as president yielded results in line with the veracity of statements he made during the campaign: 87 “misstatements, exaggerations, falsehoods” at the rate of “one untruth every 3.25 minutes” of the total time he talked at events and press conferences. More recent fact checks on Trump have shown similar results.

Les Washington Post’s fact-checking of Trump’s February 16 news conference revealed 15 falsehoods, reporting that was supported by États-Unis aujourd'hui’s fact-checking. The Post’s fact-checking of Trump’s February 18 speech at a rally in Florida found 13 “dubious claims,” the same number of such claims that it found in his February 24 speech to CPAC, which was backed up by the Pulitzer prize winning PolitiFact.

The ‘dubious claims’ were not minor or insignificant as Smith would like us to believe.

The “dubious claims” were not minor or insignificant as Rep. Smith would like for us to believe. They included Trump statements about his immigration order and the courts that overturned it, increases in the number of jobs created since he was elected that he cannot legitimately take credit for, and a false claim that the media’s approval rating is lower than that of Congress, among others.

Without a free press, we would not have this information, which confirms that in Trump we have one of the most disingenuous, deceitful, and dishonest politicians in my lifetime, which exceeds seven decades. And this is the one source of news that Rep. Smith, a member of the House Freedom of the Press Caucus, wants us to rely on to the exclusion of all others. It causes me to ask, “What exactly is the purpose of the House Freedom of the Press caucus?”

The purposes of the Freedom of the Press Caucus were enunciated by its original bipartisan co-chairs, Representatives Adam Schiff (D-CA) and Mike Pence (R-IN), in 2006. Rep. Schiff said,

A free and open press is vital to a healthy democracy… By raising awareness of media censorship around the world, this caucus aims not only to protect journalists from persecution, but also to defend citizens’ access to unfettered information.

Where there is no freedom of the press, there is no freedom. If America is to be a beacon of hope to the world, we must hold high the ideal of a free and independent press, advance it abroad and defend it at home. I am honored to associate myself with the men and women in Congress in both parties who advocate the freedom of the press for all of mankind.

It seems beyond dispute that Rep. Smith does not live up to the purposes of the Freedom of the Press Caucus if he believes President Trump is a better purveyor of the truth than the reporting of the “liberal” national media, which he thinks should be ignored.

In spite of all the faults of our free press and in spite of Rep. Smith’s denigration of it, that free press is now trying to hold both President Trump and Rep. Smith accountable for their dishonesty. It remains to be seen if the voters will hold them accountable at the next election.

[Rag Blog journaliste Lamar W. Hankins, a former San Marcos, Texas, City Attorney, also blogs at Texas Freethought Journal. This article © Texas Freethought Journal, Lamar W. Hankins.]

Read more articles by Lamar W. Hankins on The Rag Blog.


Lamar W. Hankins : The ‘unvarnished truth’ of President Trump

SAN MARCOS, Texas — The words above were spoken on the House floor on January 23, 2017, by Congressman Lamar Smith, whose congressional district extends from Leakey, Fredericksburg, Kerrville, Boerne, and Northwest San Antonio, to New Braunfels, San Marcos, and on into South Austin. Apparently, he believes that his constituents should ignore all traditional sources of news and instead get their news only from President Trump.

One San Antonio journalist, Rick Casey, had the temerity to point out that this was pretty much the way it works in North Korea. His comments were censored, for a time, by the PBS station in San Antonio. The full story should serve as the canary in the coal mine for a free press.

PBS affiliate KLRN temporarily pulled Rick Casey’s commentary about Smith’s comments.

Casey has a regular weekly program on PBS affiliate KLRN in San Antonio. The program — Texas Week — usually concludes with a commentary from Casey, and is also published in the San Antonio Express-Actualités. The newspaper carried Casey’s thoughts about Rep. Smith’s House comments on February 3. But the station’s President and CEO since January 2015, Arthur Rojas Emerson, pulled the commentary less than an hour before it was to air.

It should be noted that Emerson has been in broadcasting for many years, broken by a stint as CEO of a public relations agency, which had Rep. Smith as a client at one time.

Apparently, Emerson was concerned “that the Corporation for Public Broadcasting was under attack and that this would add to it.” The federally funded CPB provides financing for public stations, including KLRN. President Trump is viewed as hostile to public broadcasting and eager to cut its federal financing. For some unfathomable reason, Emerson was concerned also that the commentary might be defamatory.

After a discussion with Casey, publicity in the Texas Tribune, and discussion by Texas Week supporters on Facebook about the matter, Emerson relented and allowed the commentary to air on KLRN. You can watch or read Casey’s statement and commentary here.

PolitiFact found 78% of Trump’s statements to be false, mostly-false, or ‘pants-on-fire.’

Contrary to Rep. Smith’s opinion about Trump’s truth-telling, PolitiFact did a mid-year report on last year’s candidates for president and found that now-President Trump was not a very reliable source of information during the campaign. False, mostly-false, and “pants-on-fire” statements by Trump were 78% of all his statements that were checked. In fact, Trump had more pants-on-fire statements than all of the other 21 candidates combined — 30 of the 158 Trump statements checked.

Reporting about the same time, the Washington Post Fact Checker found that 46 statements checked yielded 70% that were awarded four Pinocchios, meaning they were whoppers. Selon Politique, Trump’s first week as president yielded results in line with the veracity of statements he made during the campaign: 87 “misstatements, exaggerations, falsehoods” at the rate of “one untruth every 3.25 minutes” of the total time he talked at events and press conferences. More recent fact checks on Trump have shown similar results.

Les Washington Post’s fact-checking of Trump’s February 16 news conference revealed 15 falsehoods, reporting that was supported by États-Unis aujourd'hui’s fact-checking. The Post’s fact-checking of Trump’s February 18 speech at a rally in Florida found 13 “dubious claims,” the same number of such claims that it found in his February 24 speech to CPAC, which was backed up by the Pulitzer prize winning PolitiFact.

The ‘dubious claims’ were not minor or insignificant as Smith would like us to believe.

The “dubious claims” were not minor or insignificant as Rep. Smith would like for us to believe. They included Trump statements about his immigration order and the courts that overturned it, increases in the number of jobs created since he was elected that he cannot legitimately take credit for, and a false claim that the media’s approval rating is lower than that of Congress, among others.

Without a free press, we would not have this information, which confirms that in Trump we have one of the most disingenuous, deceitful, and dishonest politicians in my lifetime, which exceeds seven decades. And this is the one source of news that Rep. Smith, a member of the House Freedom of the Press Caucus, wants us to rely on to the exclusion of all others. It causes me to ask, “What exactly is the purpose of the House Freedom of the Press caucus?”

The purposes of the Freedom of the Press Caucus were enunciated by its original bipartisan co-chairs, Representatives Adam Schiff (D-CA) and Mike Pence (R-IN), in 2006. Rep. Schiff said,

A free and open press is vital to a healthy democracy… By raising awareness of media censorship around the world, this caucus aims not only to protect journalists from persecution, but also to defend citizens’ access to unfettered information.

Where there is no freedom of the press, there is no freedom. If America is to be a beacon of hope to the world, we must hold high the ideal of a free and independent press, advance it abroad and defend it at home. I am honored to associate myself with the men and women in Congress in both parties who advocate the freedom of the press for all of mankind.

It seems beyond dispute that Rep. Smith does not live up to the purposes of the Freedom of the Press Caucus if he believes President Trump is a better purveyor of the truth than the reporting of the “liberal” national media, which he thinks should be ignored.

In spite of all the faults of our free press and in spite of Rep. Smith’s denigration of it, that free press is now trying to hold both President Trump and Rep. Smith accountable for their dishonesty. It remains to be seen if the voters will hold them accountable at the next election.

[Rag Blog journaliste Lamar W. Hankins, a former San Marcos, Texas, City Attorney, also blogs at Texas Freethought Journal. This article © Texas Freethought Journal, Lamar W. Hankins.]

Read more articles by Lamar W. Hankins on The Rag Blog.


Voir la vidéo: Donald Trump Hates Fake Bacon (Septembre 2021).