Nouvelles recettes

Les jus de fruits pour enfants contiennent des «niveaux préoccupants» de métaux lourds, selon un nouveau rapport

Les jus de fruits pour enfants contiennent des «niveaux préoccupants» de métaux lourds, selon un nouveau rapport


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

De plus, quels jus de fruits sont sûrs à donner à vos enfants.

Chaque produit que nous présentons a été sélectionné et examiné indépendamment par notre équipe éditoriale. Si vous effectuez un achat en utilisant les liens inclus, nous pouvons gagner une commission.

Un récent rapport rédigé par l'équipe d'experts de la vente au détail à Les rapports des consommateurs ont découvert que de nombreux jus de fruits populaires pour enfants contiennent des quantités alarmantes de métaux lourds, notamment de l'arsenic, du cadmium et du plomb. Comme décrit dans le rapport, la consommation de ces jus sur de longues périodes, ou en grande quantité, pourrait non seulement être dangereuse pour les enfants et les adultes.

Les rapports des consommateurs ont collecté des échantillons de plus de 45 jus vendus dans des magasins à travers les États-Unis, y compris plusieurs variétés telles que des mélanges de raisin, de poire, de pomme et de fruits. Ils ont découvert que plus de la moitié de leurs échantillons présentaient des niveaux élevés de métaux lourds. Les échantillons comprenaient des produits populaires tels que Juicy Juice, Honest Kids, Minute Maid, Welch's et 365 Everyday Value de Whole Foods.

Restez à jour sur ce que signifie sain maintenant.

Inscrivez-vous à notre newsletter quotidienne pour plus d'articles intéressants et de délicieuses recettes saines.

Selon le rapport, ces métaux se trouvent naturellement dans de nombreux aliments et boissons et les niveaux de métaux lourds dans les jus de fruits ont diminué depuis les tests précédents en 2011. Mais les niveaux élevés trouvés dans ce test sont toujours préoccupants pour les professionnels de la santé. James Dickerson, directeur scientifique de Les rapports des consommateurs, a déclaré que la consommation régulière, même de petites quantités de ces boissons, pouvait présenter un risque grave pour la santé.

"Dans certains cas, boire seulement 4 onces par jour - ou une demi-tasse - suffit à susciter des inquiétudes", a-t-il déclaré.

Jennifer Lowry, M.D., présidente de l'American Academy of Pediatrics Council, a donné son avis sur le long rapport de Consumer Reports. Elle a déclaré que près de 75 pour cent des enfants boivent au moins une portion de jus par jour, ce qui est suffisant pour que ces éléments métalliques aient un impact sur le développement. Il suffit également d'être préoccupant pour les adultes qui boivent également du jus.

"Les métaux lourds sont des choses qui peuvent causer une variété de maladies chez les enfants et les adultes, allant des problèmes neurologiques au cancer", a déclaré Dickerson. "Nous voulons certainement nous assurer que l'industrie continue de faire un meilleur travail pour réduire la présence de ces métaux dans les produits que nous achetons."

Plus de nouvelles sur la santé que vous devriez lire maintenant :

Le rapport a révélé que sept des jus testés pourraient nuire aux enfants qui ne boivent qu'une demi-tasse ou plus par jour, tandis que neuf produits pourraient présenter des risques pour ceux qui boivent une tasse ou plus chaque jour. Les boîtes de jus ont également été incluses dans ces résultats : le jus de raisin et les mélanges de jus avaient la concentration la plus élevée de métaux lourds parmi tous les produits. Assez intéressant, les jus bio n'ont pas fait mieux sur ces tests que les options non organiques.

Le rapport CR examine comment les marques de jus au sein de l'industrie des boissons pourraient avoir la capacité de réduire l'exposition aux métaux lourds en modifiant la façon dont elles s'approvisionnent en fruits, ainsi que la façon dont elles traitent et emballent les boissons. Mais il existe également des conseils sur les meilleurs jus de fruits parmi ceux qui ont été testés, et CR a partagé ses meilleurs choix dans chaque catégorie que nous mettons en évidence ci-dessous.

Photo reproduite avec l'aimable autorisation d'Amazon.

1) 365 Everyday Value 100% jus de pomme biologique

2) Pomme & Eve 100% Jus de Pomme

Photo reproduite avec l'aimable autorisation d'Amazon.

3) Nectar de poire de Goya

Photo reproduite avec l'aimable autorisation d'Amazon.

Le produit en bouteille de Goya a été présenté comme l'un des meilleurs choix de CR pour les jus de fruits alternatifs.

4) Ocean Spray Cran-Pomme et Ocean Spray Cran-Grape

Photo reproduite avec l'aimable autorisation d'Amazon.

5) Boîtes de jus de pomme 100 % Capri Sun

6) Juicy Juice 100% jus de pomme biologique

Photo reproduite avec l'aimable autorisation d'Amazon.

Une bouteille pleine de 64 onces vous coûtera environ 3 $, mais cette variété de jus de pomme ne contient aucun sucre ajouté.

7) Boisson au jus biologique Honest Kids, Goodness Grapeness

Photo reproduite avec l'aimable autorisation d'Amazon.

8) Minute Maid 100% Jus, Pomme Raisin Blanc

Photo reproduite avec l'aimable autorisation d'Amazon.


Des métaux lourds ont été trouvés dans certains jus de fruits et c'est une source de préoccupation

Les parents sont devenus un peu plus conscients à quel point certaines boissons aux fruits sont malsaines, grâce à des quantités excessives de sucre, mais il y a maintenant autre chose à craindre. Selon un nouveau rapport, des métaux lourds ont été trouvés dans de nombreux jus de fruits populaires. Les niveaux trouvés peuvent avoir un impact sur les deux enfants et adultes, donc cela concerne tout le monde.

Consumer Reports, un groupe de recherche et de défense des consommateurs à but non lucratif, a testé 45 jus de fruits populaires vendus aux États-Unis, notamment des combinaisons de pommes, de poires, de raisins et de fruits, selon un article du magazine de l'organisation. Il a effectué un test similaire en 2011, tel que rapporté par Aujourd'hui, et bien que les résultats se soient quelque peu améliorés, il reste encore beaucoup de travail à faire.

Ils ont fini par découvrir que 21 jus contenaient suffisamment d'au moins un métal lourd pour inquiéter les experts, car États-Unis aujourd'hui signalés, et qui comprenaient les boissons destinées aux enfants.

"Notre test s'est concentré sur le cadmium, le plomb, le mercure et l'arsenic inorganique (le type le plus nocif pour la santé) car ils présentent certains des risques les plus importants, et des recherches antérieures suggèrent qu'ils sont courants dans les aliments et les boissons", selon le rapport de Les rapports des consommateurs.

Les enfants sont particulièrement exposés aux effets de ces métaux lourds, par Les rapports des consommateurs. Il ne faut pas grand chose pour avoir un impact. Le directeur scientifique de Consumer Reports, James Dickerson, a déclaré Les rapports des consommateurs que boire seulement 4 onces d'un jus contenant ce type de métaux lourds chaque jour est suffisant pour inquiéter.

Chaque jus testé avait des "niveaux mesurables" d'au moins un des métaux lourds qu'ils recherchaient, selon Les rapports des consommateurs. Cependant, de tous les jus testés, il y avait sept jus qui pourraient en fait affecter négativement les enfants qui buvaient au moins une demi-tasse par jour, y compris des jus comme le jus de raisin biologique Just Concord de RW Knudsen, 365 valeurs quotidiennes (aliments entiers) 100 % biologique Jus, et jus de raisin 100 % Welch's, raisin Concord.

Trader Joe's, l'une des marques de jus testées, a déclaré Les rapports des consommateurs, "Nous enquêterons sur vos conclusions, car [nous sommes] toujours prêts à prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et la qualité de nos produits."

Consumer Reports a inclus une liste complète des produits testés sur son site Web. Mais en général, le groupe a recommandé aux parents d'envisager de réduire la quantité de jus que boivent leurs enfants. Bien qu'il puisse s'agir d'une boisson de prédilection pour les enfants, ce n'est peut-être pas si bon pour eux.

L'American Pediatrics Association, par exemple, dit maintenant que les parents ne devraient pas donner aux enfants de moins d'un an tout type de jus de fruit, car États-Unis aujourd'hui rapporté dans un autre article. Le Dr Melvin B. Heyman, qui a aidé à co-écrire la déclaration de l'AAP, a déclaré, selon États-Unis aujourd'hui, "Les parents peuvent percevoir les jus de fruits comme sains, mais ce n'est pas un bon substitut aux fruits frais et ils contiennent simplement plus de sucre et de calories. De petites quantités avec modération conviennent aux enfants plus âgés, mais sont absolument inutiles.

Dans sa déclaration, l'AAP a ensuite recommandé que les jus de fruits soient limités à une demi-tasse par jour pour les tout-petits âgés de 1 à 3 ans. Pour les enfants de 4 à 6 ans, il devrait y avoir une restriction d'une demi-tasse aux trois quarts de une tasse d'onces chaque jour. Et enfin, pour les enfants de 7 à 18 ans, il devrait y avoir une limite quotidienne de 8 onces, soit environ une tasse.

Maintenant, vous vous demandez peut-être comment les métaux lourds pénètrent même dans les jus de fruits. Selon CBS News, les métaux lourds et autres peuvent se retrouver dans les aliments car ils sont naturellement présents dans l'air, l'eau et le sol. Cependant, certains procédés de fabrication et d'emballage peuvent également entraîner la présence de métaux lourds dans les aliments et les boissons.

C'est là qu'intervient la Food and Drug Administration. Bien que les conclusions de Consumer Reports surviennent environ six ans après que la FDA a fixé une nouvelle limite sur le niveau d'arsenic autorisé dans le jus de pomme, cette "nouvelle" limite n'a pas encore été finalisée. Selon son rapport, le directeur des initiatives de politique alimentaire de Consumer Reports a déclaré: "Nous encourageons la FDA à finaliser la limite dès que possible."

Si vous ou vos enfants êtes de grands buveurs de jus, assurez-vous de consulter la liste de Consumer Report pour voir comment votre jus a été testé. Il vaut la peine de savoir ce que contiennent les aliments que vous et vos enfants mangez régulièrement, en particulier s'ils peuvent avoir des effets graves sur votre santé.


De nombreux parents nourrissent leur bébé avec des aliments solides trop tôt, selon le CDC

Les enquêteurs du Congrès ont demandé à sept des plus grands fabricants américains d'aliments pour bébés de fournir des documents internes et des résultats de tests.

Quatre des entreprises – Nurture, Beech-Nut, Hain et Gerber – ont répondu aux demandes. Trois autres – Walmart, Campbell et Sprout Organic Foods – n'ont pas coopéré, laissant les enquêteurs « grandement préoccupés » par ce qu'ils pourraient masquer, a noté le rapport.

L'enquête a révélé que les normes internes de l'entreprise autorisent des niveaux dangereusement élevés de métaux lourds toxiques, et les fabricants ont souvent vendu des aliments qui dépassaient ces niveaux.

En rapport

Santé et bien-être Les niveaux d'arsenic inorganique dans certaines céréales de riz pour bébé sont trop élevés, selon la FDA

Ils "éclipsent" également les niveaux de ces métaux que le gouvernement autorise dans l'eau en bouteille, y compris jusqu'à 91 fois le niveau d'arsenic, jusqu'à 177 fois le niveau de plomb, jusqu'à 69 fois le niveau de cadmium et jusqu'à cinq fois le niveau de mercure. .

Le rapport a appelé la Food and Drug Administration des États-Unis à fixer des niveaux maximaux de métaux lourds toxiques autorisés dans les aliments pour bébés et à exiger des tests obligatoires sur les produits finis.


Près de la moitié des jus de fruits pour enfants contiennent du plomb, de l'arsenic et plus encore : rapport

Le jus de fruits peut sembler être une option saine, mais il est critiqué en tant qu'option « saine » pour la quantité de sucre qu'il contient. Maintenant, un nouveau rapport de Les rapports des consommateurs a trouvé des "niveaux préoccupants" de métaux lourds dans le jus des enfants.

Les rapports des consommateurs a récemment testé 45 marques de jus populaires vendues à travers le pays et trouvé des niveaux élevés - et potentiellement nocifs - d'arsenic, de cadmium et de plomb dans près de la moitié des marques testées, y compris les jus de marque spécialement conçus pour les enfants. Chaque produit testé contenait des niveaux mesurables d'au moins un des métaux lourds, notamment le cadmium, l'arsenic inorganique, le plomb et le mercure.

Vingt et un des 45 jus avaient des niveaux préoccupants de cadmium, d'arsenic inorganique et/ou de plomb. Sur ces 21, sept pourraient nuire aux enfants qui boivent 4 onces (une demi-tasse) ou plus par jour, neuf autres marques présentent des risques pour les enfants qui boivent 8 onces (une tasse) ou plus par jour. Cinq de ces produits étaient emballés dans des boîtes ou des sachets de jus.

Le rapport a également révélé que le jus de raisin et les mélanges de jus avaient les niveaux moyens de métaux lourds les plus élevés et que les jus biologiques n'avaient pas de niveaux de métaux inférieurs à ceux des jus conventionnels.

"L'exposition précoce à ces métaux peut affecter toute leur trajectoire de vie", déclare Jennifer Lowry, M.D., présidente du Conseil de la santé environnementale de l'American Academy of Pediatrics. «Il y a tellement de développement qui se passe dans leurs premières années de vie.»

Alors, que peuvent faire les parents pour assurer la sécurité des enfants ? La meilleure façon de minimiser l'exposition aux métaux lourds dans les jus de fruits est de réduire la consommation de jus de fruits. L'American Academy of Pediatrics (AAP) recommande déjà de limiter la consommation de jus en raison des niveaux de sucre qui peuvent contribuer au risque de développer des caries et de l'obésité. La recommandation de l'AAP est de ne pas consommer de jus avant l'âge d'un an et des niveaux limités pour les enfants d'un an et plus. En fin de compte, il appartient aux parents de rechercher les produits qu'ils achètent et de décider ce qui convient le mieux à leur famille.

Vous pouvez voir l'intégralité Les rapports des consommateurs tableau sur les jus testés ici.


Quels jus de fruits sont sans danger pour vos enfants ?

De nouveaux tests de Consumer Reports montrent des niveaux préoccupants de métaux lourds dans certaines des marques de jus les plus populaires.

Il y a de fortes chances que le jus de fruits que vous servez à vos enfants contienne une sorte de métal lourd. De nouveaux tests menés par Consumer Reports ont cherché à déterminer quels produits à base de jus de fruits contenaient des niveaux potentiellement nocifs de métaux lourds. Les résultats sont un peu alarmants pour de nombreux parents qui servent quotidiennement du jus à leurs enfants.

Consumer Reports a testé une variété de jus de fruits populaires, notamment des mélanges de pommes, de raisins et de fruits. Après avoir testé 45 marques différentes, les chercheurs ont trouvé des niveaux élevés d'arsenic, de cadmium et de plomb dans plus de la moitié des jus testés. Beaucoup de ces jus étaient commercialisés spécifiquement pour les enfants.

Selon un récent sondage de Consumer Reports, plus de 80 % des parents qui ont des enfants de 3 ans et moins servent occasionnellement du jus à leur enfant. Certains enfants ont l'habitude de boire du jus plus d'une fois par jour. Le rapport est préoccupant car les jeunes enfants sont particulièrement vulnérables aux effets nocifs des métaux lourds.

Alors, qu'est-ce que les tests de Consumer Reports ont trouvé exactement ? Ils ont regardé 45 jus. Les marques comprenaient 365 Everyday (c'est la marque générique de Whole Foods), Apple & Eve, Capri Sun, Great Value de Walmart, Gerber, Honest Kids, Market Pantry de Target, Minute Maid, Nature's Own, Ocean Spray, Trader Joe's, Welch's parmi quelques-uns d'autres grandes marques. Alors que chacun des produits testés contenait des niveaux mesurables d'au moins l'un des métaux lourds suivants : cadmium, arsenic inorganique, plomb ou mercure – 47 % avaient ce que les chercheurs considéraient comme des niveaux « concernant » l'un des trois cadmium, inorganique d'arsenic ou de plomb. Selon Consumer Reports, 7 des 21 jus contenant des niveaux préoccupants de métaux lourds pourraient potentiellement nuire aux enfants qui boivent 4 onces ou plus par jour, tandis que 9 d'entre eux présentent un risque possible lorsque les enfants consomment 8 onces ou Suite.Jus qui présentent un risque potentiel à 4 oz ou plus :1. Jus de pomme fraîchement pressé de Trader Joe's, 100 % jus2. 365 Valeur quotidienne (aliments entiers) Jus 100 % biologique, raisin Concord3. Jus de raisin biologique Just Concord R.W. KnudsenJus qui présentent un risque potentiel à 8 oz ou plus :1. Emblème d'or (CVS) 100% jus de pomme2. Jus à 100 % Great Value (Walmart), pomme3. Jus de pomme biologique Trader Joe's

Pour la liste complète, consultez le tableau complet.

Parmi les différentes saveurs testées, le jus de raisin et les mélanges de jus avaient la moyenne la plus élevée de métaux lourds. Et ce n'est pas parce que l'étiquetage comporte du bio ne le rend pas nécessairement meilleur. Dans ce cas, les jus biologiques ne s'en sont pas mieux sortis que les autres jus testés. Les parents et les pédiatres s'inquiètent des métaux lourds car ils sont connus pour avoir des effets néfastes sur le développement d'un jeune enfant. Selon la durée et la durée d'exposition d'un enfant, les métaux lourds peuvent affecter les scores de QI, provoquer des problèmes de comportement et d'autres problèmes de santé tels que le diabète de type 2. Le risque lié aux métaux lourds provient d'une exposition chronique, c'est pourquoi il est important de réduire l'exposition. chez les enfants comme chez les adultes. Parents, vous pouvez toujours limiter la consommation de jus de votre enfant. L'American Academy of Pediatrics a recommandé de limiter les jus en raison de la teneur élevée en sucre des boissons, ce qui peut contribuer à son propre ensemble de problèmes de santé tels que la carie dentaire et l'obésité.

Cependant, si le jus est au menu de votre maison, voici quelques choix alternatifs qui ont bien fonctionné dans le test de Consumer Reports : 365 Everyday Value (Whole Foods) Organic Apple Juice, 100% JuiceApple & Eve 100% Juice, Apple Juice1Big Win (Rite Aid) 100% Jus, Jus de Pomme


Premièrement, que sont exactement les « métaux lourds » ?

Les métaux lourds sont des éléments naturels que l'on trouve dans toute la croûte terrestre. L'air, le sol et l'eau contiennent tous ces métaux, ils se trouvent dans le sol sur lequel nous marchons et dans l'eau que nous buvons. Cinq éléments spécifiques &mdash arsenic, cadmium, chrome, plomb et mercure &mdash ont des degrés de toxicité élevés et se classent parmi les métaux prioritaires qui posent un grand problème de santé publique. À des niveaux élevés, ils peuvent être nocifs et toxiques pour le corps humain. "L'exposition aux métaux lourds chez les nourrissons a le potentiel d'endommager le cerveau en développement, entraînant des effets neuro-développementaux, notamment une baisse du QI, des troubles cognitifs et des problèmes de comportement", a déclaré Robert Coles, MD, pédiatre à UC San Diego Health.

Mais certains métaux lourds, comme le fer et le zinc, sont essentiels au fonctionnement de notre corps. Les métaux tels que le cuivre, le fer, le magnésium, le sélénium et le zinc sont considérés comme des nutriments essentiels un apport insuffisant de ces micronutriments peut entraîner des complications liées aux carences et entraîner des maladies. « Le zinc est un minéral essentiel impliqué dans la fonction immunitaire, la croissance, le développement, la cicatrisation des plaies et la production cellulaire. Une carence en zinc peut entraîner un retard de croissance chez les enfants et les adolescents », explique Megan Meyer, PhD, directrice des communications scientifiques au Conseil international de l'information sur l'alimentation. Elle souligne également que le fer joue un rôle important dans le déplacement de l'oxygène dans le corps, une raison pour laquelle du fer est intentionnellement ajouté aux aliments comme les céréales pour petit-déjeuner et les préparations pour nourrissons pour une meilleure nutrition.


Une étude de Consumer Reports révèle des «niveaux préoccupants» de métaux lourds dans les aliments pour bébés et tout-petits

(Washington, D.C. – 16 août 2018) Un nouveau rapport publié aujourd'hui par Consumer Reports montre des « niveaux préoccupants » de plomb, de cadmium et d'arsenic inorganique dans les aliments pour bébés et tout-petits. L'organisation de surveillance a testé 50 aliments emballés pour bébés et tout-petits distribués à l'échelle nationale et a trouvé des niveaux mesurables d'au moins un des trois métaux lourds dans chaque produit, avec des niveaux qu'ils jugeaient «inquiétants» dans environ 2/3 des produits. Le rapport s'appuie sur les conclusions précédentes de l'Environmental Defense Fund (EDF) sur les métaux lourds dans les aliments pour nourrissons et tout-petits et souligne un besoin urgent d'action de la part de la Food and Drug Administration (FDA) et des fabricants de produits alimentaires pour mieux protéger les enfants.

"Bien que les effets de l'exposition à un métal lourd dans un seul aliment puissent ne pas affecter un enfant, ce qui est préoccupant, c'est l'impact cumulatif de l'exposition à de faibles niveaux de cadmium, d'arsenic inorganique et de plomb de tous les aliments dans le régime", a déclaré Tom Neltner, Directeur de la Politique Chimie d'EDF Santé. « Protéger la capacité des enfants à apprendre et à s'épanouir exige que nous réduisions l'exposition aux métaux lourds de toutes les sources, y compris les aliments. »

Pour l'étude, Consumer Reports a acheté trois échantillons de 50 aliments pour bébés et tout-petits - disponibles au printemps 2018 - auprès de différents détaillants à travers le pays et a testé les produits pour le cadmium, le plomb, le mercure et l'arsenic inorganique. Les aliments comprenaient des céréales, des collations, des plats principaux et des fruits et légumes. Les principaux points à retenir des tests sont les suivants :

  • Chacun des 50 produits contenait des niveaux mesurables de cadmium, de plomb et/ou d'arsenic.
  • Environ 2/3 des produits contenaient au moins un métal lourd à des niveaux considérés comme « inquiétants » par Consumer Reports.
  • Les aliments biologiques étaient aussi susceptibles que les aliments conventionnels de contenir des métaux lourds, car la norme biologique se concentre sur les pesticides et non sur ces contaminants.
  • Les produits contenant peu ou pas de niveaux mesurables de métaux lourds indiquent que les fabricants peuvent obtenir des aliments plus sûrs.

"Les aliments commercialisés pour les bébés doivent être soumis à des normes plus strictes", a déclaré Maricel Maffini, conseiller scientifique pour l'alimentation d'EDF. "Consumer Reports avait raison d'appeler à un objectif de niveaux non mesurables de ces métaux lourds dans les aliments pour bébés et que la FDA doit fixer des objectifs progressifs agressifs pour stimuler les progrès."

EDF a déjà fait état de la question du plomb et d'autres métaux lourds dans les aliments pour nourrissons et tout-petits. En juin 2017, nous avons publié Le plomb dans les aliments : une menace cachée pour la santé. Le rapport a examiné les données collectées et analysées par la FDA de 2003 à 2013 et a trouvé du plomb détecté dans 20 % des échantillons d'aliments pour bébés, contre 14 % pour les autres aliments. Huit types d'aliments pour bébés, y compris les jus de fruits, les légumes-racines et les biscuits de dentition, contenaient du plomb détectable dans plus de 40 % des échantillons.

En décembre 2017, EDF a fourni une mise à jour du rapport avec les données de test de la FDA pour le plomb de 2014 à 2016. Il a suggéré de bonnes nouvelles pour les jus de fruits (une catégorie que Consumer Reports n'a pas testée) mais des taux de détection obstinément élevés pour les collations et les légumes racines. Consumer Reports réaffirme la nécessité d'une plus grande diligence de la part de la FDA et des fabricants d'aliments pour bébés.

Alors que la FDA a pris des mesures importantes sur cette question en s'engageant à réduire les niveaux de métaux lourds dans toute la mesure du possible, l'agence doit encore prendre des mesures concrètes pour réduire les niveaux de cadmium, de plomb et d'arsenic inorganique dans les aliments, en particulier dans les aliments pour enfants. Pour accélérer les actions nécessaires, EDF recommande à la FDA de mettre à jour ses normes et de préciser que les normes internationales pour le plomb dans les jus de fruits sont inadéquates. Les fabricants d'aliments pour bébés doivent tester les métaux lourds tout au long de la chaîne d'approvisionnement afin d'identifier et de réduire toutes les sources de contamination.

Une alimentation saine nécessite des aliments sains et nutritifs. EDF espère que la nouvelle étude de Consumer Reports attirera l'attention sur le problème et incitera les fabricants de produits alimentaires et la FDA à faire davantage pour réduire les niveaux de métaux lourds dans notre approvisionnement alimentaire.


Exclusivité Web

Le jus est presque aussi omniprésent dans la petite enfance que les ours en peluche, les crayons et les doudous. Dans un Les rapports des consommateurs (RC) auprès de 3 000 parents américains, 80 % des parents d'enfants âgés de 3 ans et moins fournissent du jus de fruits à leurs enfants au moins parfois, et 74 % de ces parents donnent du jus à leurs enfants au moins une fois par jour.

Il n'est donc pas étonnant que les médias soient en effervescence depuis la publication d'un rapport CR fin janvier dans lequel les chercheurs ont découvert des "niveaux préoccupants" d'arsenic, de cadmium et de plomb dans près de la moitié des jus de pomme, de raisin, de poire et de mélange de fruits. testé. Bien que ces résultats soient sans aucun doute effrayants pour les parents, les diététistes et les diététistes peuvent aider à mener la charge en mettant les résultats en contexte et en fournissant des mesures concrètes pour garder les enfants en bonne santé et en sécurité.

RC&rsquos Résultats
RC testé 45 jus de fruits populaires de 24 marques pour l'arsenic, le cadmium, le mercure et le plomb, car ces métaux lourds sont assez courants dans les aliments et les boissons, y compris les aliments pour nourrissons et tout-petits, le riz et les produits à base de riz, la poudre de protéines et dans l'environnement. Le rapport affirme qu'à certains niveaux, ces métaux lourds peuvent exposer les enfants à une baisse du QI, des problèmes de comportement tels que le TDAH, le diabète de type 2 et le cancer.

RC décidé quelles marques de jus échantillonner en fonction des données de vente et de marketing de la région de New York et du New Jersey et quelles marques étaient disponibles à l'échelle nationale. Des échantillons ont été achetés dans tout le pays et certains en ligne.

Pour les tests, les "niveaux concernant" ont été définis par les limites d'exposition basées sur la santé fixées par l'Agence de protection de l'environnement des États-Unis pour l'arsenic inorganique et le mercure, le Bureau californien d'évaluation des risques pour la santé environnementale pour le plomb et l'Autorité européenne de sécurité des aliments pour le cadmium.

Voici quelques-uns des RC&rsquos résultats :

• Tous les jus testés contenaient de l'arsenic, du cadmium, du plomb ou du mercure.
• Vingt et un (47 %) des 45 jus testés contenaient des niveaux préoccupants d'arsenic, de cadmium et/ou de plomb.
• Sept des 21 jus avec des niveaux préoccupants pourraient présenter un risque pour les enfants qui buvaient plus de 4 oz par jour, et neuf pourraient être nocifs à 8 oz par jour.
• Le jus de raisin et les mélanges de jus contenaient les niveaux moyens les plus élevés de métaux lourds.
• Cinq des jus avec des niveaux préoccupants sont vendus dans des boîtes ou des sachets de 4 à 6,75 oz et présentent un risque pour les enfants à raison de plus d'une boîte ou d'un sachet par jour.
• Les niveaux de métaux lourds dans les jus biologiques et ceux commercialisés comme étant destinés aux enfants ne différaient pas des jus conventionnels ou de ceux commercialisés pour les adultes.

RC note que ses résultats &ldquowere une vérification ponctuelle du marché et ne doivent pas être utilisés pour tirer des conclusions définitives sur des marques spécifiques.&rdquo

Recommandations pour les clients
"Le jus est quelque chose de vraiment alarmant pour les parents", déclare Isabel Maples, MEd, RDN, porte-parole de l'Académie de nutrition et de diététique (l'Académie) basée à Washington, D.C., spécialisée dans la nutrition des enfants. &ldquoLorsqu'il y&rsquo une alerte alimentaire comme celle-là, les diététistes devraient être la voix de confiance.&rdquo Alors, comment les diététistes peuvent-ils aider les parents qui ont peur ou qui se sentent impuissants face à ces découvertes ?

Pour commencer, il est essentiel que les diététistes informent les clients que les métaux lourds se trouvent dans tous les produits. Lorsque les plantes absorbent l'eau du sol, les métaux lourds naturellement présents dans le sol sont également absorbés. Certains sols contiennent plus de métaux lourds en raison de la pollution industrielle ou agricole, mais il est rare que les niveaux soient suffisamment élevés pour être généralement préoccupants, la variation des fruits et légumes que l'on mange est un moyen facile de réduire l'exposition. En outre, Maples souligne que la FDA teste les aliments pour les métaux lourds plusieurs fois par an, en se concentrant particulièrement sur les produits souvent donnés aux enfants, tels que les jus. &ldquoNous avons l'un des approvisionnements alimentaires les plus sûrs au monde,», dit-elle.

Mais transmettre ce message est toujours facile. Maples dit que pendant les crises alimentaires, les inquiétudes des gens sont élevées, mais leur confiance est faible, ce qui signifie que leur capacité à recevoir les messages est réduite. Elle insiste pour que les recommandations soient claires, simples et exploitables.

Les diététistes peuvent encourager les parents à :

• Mélangez le type de jus offert. Par exemple, les parents & ldquodon & rsquot doivent toujours donner aux enfants du jus de pomme ou un mélange de jus, & rdquo Maples dit. Changer régulièrement de variété devrait limiter l'exposition des enfants aux métaux lourds présents dans n'importe quel type de jus.

• Modifiez la taille des portions. Maples souligne que les directives diététiques pour les Américains ne recommandent pas plus de la moitié des calories quotidiennes des fruits des enfants proviennent du jus, et cette directive est soutenue par l'American Academy of Pediatrics (AAP). Wesley Delbridge, RDN, un porte-parole basé à Phoenix pour l'Académie spécialisée dans la nutrition des enfants et des écoles, considère le jus comme une gâterie sucrée, un "aliment parfois" qu'il permet à son propre fils de consommer peut-être une fois par semaine. "Le jus est vraiment sucré, donc les enfants peuvent s'habituer à ce goût sucré au fil du temps et en vouloir de plus en plus", dit-il, suggérant aux parents d'offrir moins de jus et plus d'eau ou de lait sans gras ou faible en gras au fil du temps.

• Ne comptez pas uniquement sur le jus pour la consommation de fruits. RC&rsquo rapporte &ldquo donne aux diététistes la possibilité de dire, &lsquo&rdquo, vous avez besoin de fruits, mais vous n&rsquot devez compter sur le jus,&rsquo&rdquo Maples. Elle dit que les diététistes peuvent aider les parents à incorporer des fruits dans les repas et les collations, comme offrir des fruits tranchés trempés dans du beurre de cacahuète ou ajouter des raisins secs à un sandwich au beurre de cacahuète.

Delbridge reconnaît que le jus peut être pratique pour les parents, mais dit que des options plus nutritives et/ou moins caloriques, y compris de petits contenants de lait et d'eau et des fruits pré-tranchés et préemballés tels que des pommes ou des raisins, peuvent être tout aussi rapides et faciles à jeter. un sac à lunch ou à emporter en sortant.

Maples fournit une mise en garde importante : &ldquoNous devons rencontrer les gens là où ils se trouvent. Si les gens ne mangent aucun fruit, alors le jus est un meilleur choix qu'un fruit qu'ils ne vont jamais ramasser, comme une pomme entière », dit-elle.

• Utiliser des stratégies pour minimiser l'absorption du plomb. Si la réduction de la consommation de jus n'est pas une option ou peut être effectuée du jour au lendemain, les diététistes doivent habiliter les parents à prendre des mesures pour réduire l'absorption de plomb de leurs enfants. Maples dit que le calcium dans les aliments tels que le lait, le yogourt et les légumes à feuilles vertes est en concurrence avec le plomb pour l'absorption. Elle dit que les enfants à jeun sont également plus susceptibles d'absorber plus de plomb, les parents doivent donc s'assurer de leur donner régulièrement des collations saines.

Les érables soulignent également un apport adéquat en fer à titre préventif. Le plomb et le fer se fixent à la même protéine de transport dans l'intestin grêle qui les dépose dans la circulation sanguine, le cerveau et le corps. Consommer trop peu de fer accélère l'activité de cette protéine, l'amenant à absorber plus de plomb que si l'apport en fer était suffisant. Les diététistes peuvent recommander des aliments contenant du fer tels que les viandes rouges maigres, les aliments céréaliers enrichis en fer, les fruits secs, les haricots et les lentilles, et informer les clients qu'ils peuvent associer ces aliments à des aliments riches en vitamine C tels que les tomates, les agrumes et les poivrons pour une absorption maximale du fer.

Résultat final
Delbridge et Maples conviennent que, malgré RC&rsquos conclusions, les diététistes doivent garder une vue d'ensemble à l'esprit et se concentrer sur les aspects positifs lorsqu'ils conseillent les patients.

&ldquoIl n&rsquo&rsquo n&rsquo dans le rapport combien [de jus] au fil du temps est trop,&rdquo Delbridge, donc il&rsquo difficile de tirer des conclusions sur le vrai risque. Il préfère se concentrer sur les &ldquoalternatives&rdquo, telles que les boissons plus nutritives et la consommation de fruits entiers, plutôt que d'essayer d'identifier le jus comme &ldquogood&rdquo ou &ldquobad.&rdquo

Maples dit que, dans l'ensemble, RC&rsquos rapport ne change pas ce que les diététistes connaissent déjà sur les avantages de la consommation de fruits entiers. Cela ne remet pas non plus en cause les recommandations de l'AAP, de l'Académie et de la FDA sur la limitation de la consommation de jus des enfants. Maples recommande aux diététistes de citer ces sources tierces réputées lorsqu'ils conseillent les clients.

&ldquoC'est une occasion pour les diététistes de parler à l'unisson&rdquo pour encourager une plus grande consommation de fruits entiers, dit Maples. Les diététistes le savent, "malgré cette peur de la nourriture, ce qui est vraiment important, c'est que les gens augmentent leurs fruits et légumes", dit-elle. &ldquoPeu importe l'étude que vous regardez, elle montre que les personnes qui mangent plus de fruits et légumes seront en meilleure santé.&rdquo


Consumer Reports trouve des métaux lourds dans les jus de fruits

30 janvier (UPI) -- Les tests effectués par Consumer Reports révèlent des niveaux préoccupants d'arsenic et de plomb, en plus des niveaux malsains de sucre, selon un rapport publié mercredi.

CR a déclaré que la moitié des 45 jus de pomme, de raisin et de poire de marque qu'il a testés contenaient des niveaux élevés de métaux, suggérant que les parents devraient donner moins de boissons à leurs enfants.

"Dans certains cas, boire seulement 4 onces par jour - ou une demi-tasse - suffit à susciter des inquiétudes", a déclaré James Dickerson, directeur scientifique de Consumer Report, dans un communiqué de presse.

Les métaux lourds peuvent abaisser le QI des enfants et les exposer à des problèmes de comportement, au cancer et au diabète de type 2, selon CR.

"L'exposition précoce à ces métaux peut affecter toute leur trajectoire de vie", a déclaré Jennifer Lowry, présidente du Conseil de la santé environnementale de l'American Academy of Pediatrics. "Il y a tellement de développement qui se passe dans leurs premières années de vie."

Le plomb peut également causer des problèmes chez les adultes, notamment des cancers de la vessie, des poumons et de la peau, en plus des problèmes de reproduction.

Plus de 70 pour cent des enfants de trois ans et moins boivent du jus de fruits, selon l'enquête.

Cette nouvelle survient alors que des études montrent que les enfants préfèrent les boissons à base de jus au lait et à d'autres boissons, bien qu'une autre ait montré que l'eau est la boisson la plus préférée des enfants.

La ligne directrice sur le plomb fixée par la FDA pour les jus est de 50 parties par milliard, soit 10 fois plus que la quantité dans l'eau en bouteille.

"Certains aliments sont plus susceptibles que d'autres de contenir des métaux lourds toxiques, et il est important de minimiser ces aliments dans les repas de votre famille", explique Amy Keating, nutritionniste chez CR. "C'est encore une autre raison de fournir à votre enfant une alimentation saine et variée d'aliments entiers."


POLITIQUE

Le plomb, l'arsenic et le cadmium sont couramment présents dans les aliments pour bébés, mais aussi dans de nombreux ingrédients que les familles utilisent pour préparer les leurs.

Un rapport du Congrès a révélé que quatre grandes marques d'aliments pour bébés – Beech-Nut, Gerber, Earth's Best Organic et HappyBABY – vendaient des produits qui, selon leurs propres tests internes, contenaient de l'arsenic, du plomb et du cadmium à des niveaux bien supérieurs à ce que la plupart des experts en santé considèrent sans danger pour les nourrissons. . | Mario Tama/Getty Images

When Congress released a report this month finding that popular baby foods contain worrisome levels of toxic heavy metals, the reaction was swift.

Scary headlines blared from the New York Times to the Daily Mail, lawsuits were filed within days and throngs of parents, already beleaguered from the stresses of the pandemic, took to social media with the fire of a thousand suns. “You knowingly sell food that hurt babies for profit,” one mom wrote on a baby food company’s Instagram page. “You are MONSTERS.”

But the intense blowback against baby food makers obscured an even larger problem, watchdogs say: Heavy metal contamination is relatively common across the food supply, so infants aren’t the only children vulnerable to possible health effects, and the federal government is doing next to nothing to reduce their exposure.

The Food and Drug Administration has yet to take any action, despite having spent three years quietly exploring the issue of toxic contaminants in food during the Trump administration.

“This is not a baby food problem. This is a food problem,” said Tom Neltner, chemicals policy director at the Environmental Defense Fund, which has lobbied for more regulation of heavy metals.

The congressional report, released earlier this month by a House Oversight Committee panel, found that four major baby food brands — Beech-Nut, Gerber, Earth’s Best Organic and HappyBABY — sold products that their own internal testing showed contained arsenic, lead and cadmium at levels far higher than what most health experts consider safe for infants.

In the days following the report, each of the baby food companies sought to reassure parents that their products are safe and that they follow very high standards for sourcing ingredients, but it’s done little to lessen the blowback.

Though in some cases the companies knew their ingredients contained elevated levels of heavy metals, the baby food makers at the center of the investigation weren’t violating any rules because the FDA has not set standards for most heavy metals in baby food.

The FDA, which has historically focused most of its attention on foodborne pathogens like Salmonella and Listeria, in 2017 launched a working group to look at heavy metals and other contaminants in food, cosmetics and supplements to little fanfare — a move that was partly a reaction to an EPA study from earlier that year that found food was a surprisingly significant source of lead exposure for young children.

A chart that was buried in supplementary material in the study showed that about half of blood lead exposure for most children between the ages of 1 and 6 comes from food. The next biggest contributors: soil and dust (including from lead-based paint), air and water.

Significant problem

It’s an important revelation because lead exposure remains a significant public health problem in the United States. One study estimated that preventing all lead exposure in just the babies born in the year 2018, for example, would deliver $80 billion in societal benefits, in large part due to the increased earnings potential of children with higher IQs and fewer behavioral and health problems.

About two million children, or nearly 10 percent of all young kids, are estimated to consume more lead than the FDA’s current limit each day, according to the government’s own estimates.

Lead is among the best-known and best-studied neurotoxins, but arsenic, cadmium, and mercury are also routinely found in foods at low levels. As scientists have begun to better understand the health risks from long-term, low-level exposure, and labs have grown better at detecting contaminants at very low levels, more attention has turned to the food supply.

The issue has been on the FDA’s radar, but there have been no changes to any food standards.

Now, with the fresh public outrage over baby food, the Biden administration faces pressure to act, even as it is still without a nominee for FDA commissioner.

The agency, in a statement to POLITICO, said it is reviewing the congressional subcommittee’s baby food report.

“The FDA takes exposure to toxic elements in the food supply extremely seriously, especially when it comes to protecting the health and safety of the youngest and most vulnerable in the population,” an FDA spokesperson said in an email, noting that heavy metals are found throughout the environment. “Because they cannot be completely removed, our goal is to reduce exposure to toxic elements in foods to the greatest extent feasible and we have been actively working on this issue using a risk-based approach to prioritize and target the agency’s efforts.”

The FDA did not respond to the criticism that it’s been slow to act on the issue, but did acknowledge “that there is more work to be done.”

The reality is that concerning levels of lead, arsenic, mercury and cadmium can routinely be found in many foods, including rice, sweet potatoes, carrots, juices and spices. The contamination is happening throughout the food supply — not just in baby food — which means that parents cannot avoid heavy metals simply by making their own food.

Crops pull up heavy metals from soil, where some of the metals are naturally occurring but much of the contamination stems from more than a century of pollution, from car exhaust to coal emissions and agricultural chemicals.

Emissions spread heavy metal particles through the air where they eventually settle into soil and water. In the early 20th century, it was common for farmers to use pesticides made with lead and arsenic, especially to grow cotton in the south. Heavy metals don’t degrade, which means crops grown decades later can absorb old contaminants through their roots.

“Parents can’t solve this problem by shopping in the produce aisle and not the baby food aisle,” said Jane Houlihan, research director at Healthy Babies Bright Futures, a nonprofit focused on reducing babies’ exposure to toxic chemicals. “FDA has to take action.”

Small amounts

The good news is that the general population’s exposure to heavy metals has been going down over time, particularly after the government started phasing out leaded gasoline, paints and food cans in the 1970s, which led to a steep drop off in blood levels of lead in children. The bad news is that scientists have only recently come to better understand just how damaging heavy metals can be, particularly for babies and young children, even at very, very low levels.

Even exceedingly small amounts of these neurotoxins can impede a child’s IQ, hinder brain development, lead to behavioral problems, increase cancer risk, and raise the chances of many other diseases. The Centers for Disease Control and Prevention, for example, maintains there’s no known safe blood level of lead in children.

“What’s come into clearer view is that this is an urgent public health problem,” Houlihan said.

Right now, parents and other caretakers are essentially at the mercy of whatever standards baby food companies decide to set for themselves — and the extent to which they actually conduct their own tests and hold themselves to those internal standards.

Exactly how low the limit should be for heavy metals in baby food is a matter of debate, but public health advocates contend it should be as low as possible — and there is broad agreement that the few standards FDA currently has are not strict enough to protect babies and young children.

Back in 2013, FDA proposed a voluntary limit for inorganic arsenic in apple juice at 10 parts per billion and the agency has still not finalized the guidance more than seven years later.

Consumer Reports has since pushed for a limit of 3 ppb for all juices, arguing that the agency’s initial guidance — which companies tend to take seriously — was a step in the right direction, but didn’t do enough to mitigate the risk of developmental problems posed by arsenic exposure.

In 2016, the FDA, responding to outside pressure from Consumer Reports and others, set a voluntary limit for inorganic arsenic in infant rice cereal at 100 ppb, but the agency set this level based on cancer risks and what was feasible for the industry at the time, not neurological development risks, which have been shown at much lower levels. Public health advocates have urged the agency to lower this limit.

The agency has also been criticized for lax oversight. Independent tests have shown infant rice cereal makers sometimes sell products that exceed the standard with no repercussions.

Developmental harm

There are no federal standards for lead in baby food, but the FDA has set a 5 ppb lead standard for bottled water, 50 ppb for juice and 100 ppb for candy. By comparison, the American Academy of Pediatrics recommends a 1 ppb limit for school drinking fountains — a threshold that consumer advocates would like to see applied to juice, too.

Cadmium has received far less attention compared to other toxic metals like arsenic and lead, but it’s also prevalent in the food supply. FDA has no standards on cadmium in any foods. Consumer Reports has urged the agency to set a limit of 1 ppb for cadmium in fruit juice.

But heavy metals have prompted the greatest concern by far when found in baby food because infants and young children are the most vulnerable to developmental harm. In 2017, the Environmental Defense Fund analyzed FDA’s own routine testing of the food supply and found there were measurable lead levels in 20 percent of baby products tested.

The same year, a Colorado-based nonprofit called the Clean Label Project tested some 500 of the country’s best-selling baby foods — one the largest samples to date — and found that nearly 40 percent contained at least trace levels of one heavy metal and 25 percent contained all four, though overall the levels were relatively low.

The following year, Consumer Reports tested 50 popular baby food products and found two thirds contained “worrisome levels” of at least one heavy metal. They reported that 15 of the products tested would pose health risks to children if regularly consumed. Products containing rice and sweet potatoes were particularly likely to test positive. Organic products were just as likely to be contaminated as conventional products.

The House Oversight subcommittee got the idea to look into baby food after another report in 2019 by Healthy Babies Bright Futures, a nonprofit, tested nearly 170 products and found heavy metals present in 95 percent of their samples. Most foods had relatively low levels, but there were product categories that showed higher levels, including lead in carrots and sweet potatoes and particularly arsenic in rice. Four of the seven infant rice cereals tested exceeded FDA’s voluntary limits for inorganic arsenic. The group is urging FDA to set standards for baby food, arguing that repeated exposure at very low levels adds up and poses health risks.

The congressional report this month was based on data that companies voluntarily turned over to the subcommittee. The report reveals that many of the ingredients and products that were tested by companies themselves contained heavy metals at levels that exceed even generous voluntary limits and even some companies’ own internal limits.

“Our worst fears were confirmed,” a senior Democratic committee aide told POLITICO.

It’s difficult to draw broad conclusions about the baby food supply from the report, since it’s not clear how often companies are testing or how much of their own data they turned over to the committee, but the data that were released show numerous examples of significant levels of heavy metals getting through the supply chain and onto store shelves.

For instance, HappyBABY, an organic baby food brand, sold products that tested positive for lead at levels as high as 641 ppb and arsenic as high as 180 ppb, nearly twice FDA’s limit for rice cereal. Nearly 20 percent of the company’s finished products contained over 10 ppb of lead, according to the committee.

In a statement to POLITICO, the company said the data presented in the report was based on “a small portion” of its portfolio and is “not representative generally of our entire range of products at-shelf today.”

“We are disappointed at the many inaccuracies, select data usage and tone bias in this report,” the company said in an email. “We can say with the utmost confidence that all Happy Family Organics products are safe for babies and toddlers to enjoy, and we are proud to have best-in-class testing protocols in our industry.”

Beech-Nut, which markets itself as a “real food” brand, used nearly 90 different ingredients that had tested positive for lead at more than 15 parts per billion, including cinnamon that had been shown to be as high as 886 parts per billion.

Beech-Nut Nutrition said the company is currently reviewing the congressional report and will continue to support setting “science-based standards that food suppliers can implement across our industry.”

“We want to reassure parents that Beech-Nut products are safe and nutritious,” the company said.

Industry standards

Most of the companies targeted by the subcommittee’s investigation, including Gerber and Hain Celestial, which makes Earth’s Best Organic, are part of a group called the Baby Food Council, a partnership with Cornell University and the Environmental Defense Fund to set industry standards for baby food. Three other leading companies didn’t turn over testing data to the committee.

Nonetheless, the findings of the congressional report sparked concern bordering on panic by many parents and other caretakers, especially a year into a pandemic that’s upended schools, jobs, childcare and family support for millions of families.

Emily Oster, a popular economist and author on parenting issues, wrote that she was inundated with so many emails from parents that she moved her weekly newsletter up a few days to help answer questions. (She concluded that more rigorous government standards make sense and parents might consider cutting back on rice products, but should otherwise try not to worry about this too much.)

Moms flooded the social media pages of baby food brands with blistering anger. Some said they’d been in tears over the news, thinking they’d harmed their children. Several demanded to see testing results, threatened to sue, or said they were planning to take their children to the doctor to have their blood tested for heavy metals. Others said they were tossing out all their store bought food and boycotting the companies in the report.

“I have spent this last year home schooling and trying to figure [out] child care,” wrote one mom of three to Beech-Nut on the company’s Instagram page, who said her youngest had been born right at the start of the pandemic. “I have been worried sick that family would get sick. Now I learn I have something completely new to worry about.”

Every expert POLITICO interviewed for this story said it was unfortunate that parents might think they need to avoid all pre-made foods, particularly at such a stressful time.

The fact is that making baby food from scratch would probably not meaningfully reduce a child’s exposure to heavy metals. Digging deeper into the congressional report, it’s clear that many common ingredients can be contaminated and a caretaker has no way of knowing whether the sweet potatoes, kale and cinnamon in their own kitchen are any less contaminated than what baby food companies are sourcing.

The more fundamental issue, advocates say, is that there aren’t standards in place to pressure the supply chain to reduce exposure as much as possible.

“FDA has failed. They failed to set standards for baby food that companies have to meet. And they’ve failed to help, busy, sleep-deprived parents make better choices,” said Scott Faber, senior vice president of government affairs at the Environmental Working Group.

“The idea that new parents are going to navigate this is insane,” he added. “We’re not all nutritionists and toxicologists.”

The House subcommittee that sparked the firestorm earlier this month is planning to do more oversight on baby food, a senior Democratic committee aide told POLITICO. It makes sense to first focus on babies and small children because they are the most vulnerable to the developmental harm from heavy metals, the aide said.

“If you fail to address it here, there will be no broader action,” the aide said.

The subcommittee is working on a bill that would require FDA to come up with standards for heavy metals in baby foods and put in place testing requirements, among other things. Even if such a bill becomes law, it would likely take FDA several years to set such standards, if the agency’s past timelines are any indication.

“We don’t want to wait for that,” the committee aide said.

House Democrats are optimistic that the Biden administration will be open to working on this issue. One hopeful sign: Biden’s pick to lead the Department of Health and Human Services, which sits atop FDA, is Xavier Becerra, the former attorney of California who in 2018 sued two toddler milk companies over allegations they sold products with elevated levels of lead. Becerra’s office also recently went after seafood companies for selling products contaminated with lead and cadmium.

Becerra’s crackdown on seafood processors reflects a recognition that toxic-metal contamination affects more than just baby food.

Practical steps

While parents await action from the FDA, there are some practical steps they can take to protect their children from elevated levels of metal contaminants, health and consumer advocates say: Avoid or limit rice products for infants and young children. Oatmeal infant cereal or other grain cereals, for example, can contain far less arsenic. Brown rice tends to contain higher levels of arsenic than white rice.

Rice puff and teether snacks appear to sometimes test at concerningly high levels of arsenic. Until more is known, it may make sense to swap in other snacks to cut back on potential exposure.

Parents can also cut back on juice, since apple and grape juice commonly contain low levels of arsenic and lead, and instead choose water or milk. Certain vegetables like carrots and sweet potatoes, while healthy options overall, have been shown to contain more heavy metals than others, so serving a wide variety of vegetables is a good idea.

Pediatricians across the country, all of a sudden hounded by questions about heavy metal exposure, have tried to strike a balance for worried parents: Don’t panic. Focus on variety. The American Academy of Pediatrics released tips for parents, suggesting that they can also have their home water tested for heavy metals — in addition to making slight shifts in the diet — but ultimately: “Stronger rules and regulations for testing and limiting the amount of heavy metals in foods for babies and toddlers are most important.”

Phil Landrigan, a pediatrician and children’s health researcher at Boston College who played a crucial role in the government crackdown on lead decades ago, agrees that FDA action is urgently needed.

Ultimately, this is not a problem that should fall to caregivers to navigate, especially when low levels of these toxins have sweeping health consequences for future generations, he explained.

“Parents have done nothing wrong,” he said. “They’ve been hoodwinked by these companies and failed by their government.”


Voir la vidéo: Lyijykynätehdas, lopun kello ja vaippajumalat - Ympäristön myrkylliset aineet (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Abdul-Jabbar

    Quels mots ... la phrase phénoménale et brillante

  2. Vorr

    Quant à moi, une fois que vous pouvez voir

  3. Virn

    Cela ne vient toujours pas.

  4. Shall

    Cette réponse, incomparablement

  5. Addisen

    Oui, c'est la réponse compréhensible

  6. Yozshuktilar

    la très bonne phrase



Écrire un message